article abonné offert

HUY

Ben Ahin, sa fontaine, sa frontière

Ben Ahin, sa fontaine, sa frontière

Trois bacs en pierre composent cette vieille fontaine à deux pas de la Meuse. Heymans

À l’ombre des arbres, cette fontaine et ses bancs aux alentours offrent un peu de fraîcheur aux promeneurs de la chaussée Napoléon. Certains documents attestent de la présence d’une frontière dès le XVIe siècle. À cette époque, sa source occupe le rôle de frontière naturelle entre la principauté de Liège et le comté de Namur, dont faisait partie Ben-Ahin. Afin de ne pas traverser la chaussée, la source est canalisée vers les égouts lors de l’agrandissement de la route.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 16 des 46 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?