LIERNEUX

EN IMAGES | Tour de Wallonie: une centaine de résidents d’institutions pour accueillir le peloton à Lierneux

Comme chaque année, l’Agence pour une vie de qualité (AVIQ) et le Tour de Wallonie se sont associés afin de permettre à une centaine de personnes handicapées de vivre au mieux, depuis l’intérieur de l’épreuve, la course de ce mardi, à Lierneux.

Ils s’appellent Johan, Robin ou encore Gaëlle. Les uns viennent de Liège, les autres de Namur ou de Jodoigne. Mais tous ont un point commun: ils ont animé le final de la 4e étape du Tour de Wallonie dans les rues de Lierneux. Et ce, bien avant qu’Arnaud Démare ne vienne régler le sprint du peloton. Eux, ce sont les cyclistes «extraordinaires» que l’Agence pour une vie de qualité (AVIQ) avait invités une fois de plus pour une journée festive consacrée à la petite reine.

Trois semaines après avoir rassemblé 600 personnes à Merbes-Sainte-Marie (près de Binche) pour assister au passage de la 3e étape du Tour de France, c’est donc à la frontière des provinces de Liège et Luxembourg que l’agence wallonne a réuni une centaine de résidents d’institutions et près de 50 accompagnateurs (des membres du personnel pour la plupart) venus de 18 établissements différents. Avec, au programme, deux randonnées cyclistes et une fin d’après-midi passée au plus près du peloton.

«Tordre le cou aux préjugés»

«Cela fait plus de quinze ans que nous profitons de nos bons rapports avec le Tour de Wallonie pour proposer des activités de ce genre aux personnes souffrant de handicaps, explique Jean-Louis Maniquet, gestionnaire de projets au sein de l’AVIQ. Après Vielsalm en 2017 et Villers-le-Bouillet l’année passée, nous nous sommes dit que ce serait bien de permettre à nos résidents de découvrir Lierneux et ses environs. Le parcours est vallonné mais accessible à tous, et le décor est superbe.»

Imaginées (et adaptées au cas par cas par les cyclotouristes de Lierneux et Couthuin) afin de permettre à chacun d’enchaîner les bosses du coin sans pour autant souffrir trop, les randonnées de l’AVIQ se sont également cloturées par un sprint massif sur la même ligne d’arrivée que les pros.

«Cette journée est importante pour plusieurs raisons, estime Jean-Louis Maniquet. Non seulement, elle permet aux résidents de faire du sport tous ensemble dans un cadre sécurisé et original. Mais c’est aussi une façon de sensibiliser le grand public en lui prouvant par exemple, si c’est encore nécessaire, que les personnes en situation de handicap sont aussi capables de grimper et sprinter, comme tout le monde. C’est une manière différente de tordre le cou aux préjugés en quelque sorte.»

Visiblement ravis d’avoir pu rouler dans Lierneux avant les stars du Tour de Wallonie, les participants invités par l’AVIQ ont ensuite pu suivre l’arrivée de l’étape depuis un espace privilégié situé à quelques mètres de la ligne d’arrivée. Parfait pour voir passer la caravane publicitaire ainsi que le peloton à deux reprises, et assister à la victoire finale d’Arnaud Démare. Et se forger d’ultimes souvenirs avant de repartir. Avec, pour beaucoup déjà, le désir de revenir sur les routes du TRW dès l’année prochaine.

+ VIDÉO | Tour de France: 600 résidents d’institutions applaudissent les coureurs