HUY

Les familles au rendez-vous in the park

Le parc des Récollets a à nouveau su attirer du monde à l’occasion de cette nouvelle édition de «Welcome in the Park» pour le 21 juillet.

Pour la deuxième année consécutive, le service Événements de la Ville de Huy avait choisi la date du 21 juillet, toujours au parc des Récollets, pour organiser la nouvelle édition de «Welcome in the Park». Une garden-party qui dynamise la rive gauche hutoise depuis plusieurs années et un rendez-vous avant tout familial et convivial.

Cette année encore, l’organisation ne s’était pas trompée avec la mise en place de plusieurs châteaux gonflables pour les plus petits. Placés autour du parc, ils laissaient ainsi la place centrale pour un kicker géant. Il suffisait de voir les yeux du petit Léo (8 ans) à son arrivée sur le site pour se rendre compte de l’effet de ces châteaux, qui ont affiché complet toute l’après-midi, sur les plus jeunes. «Déjà l’année passée, nous étions venus et ça avait été très difficile de partir, sourit sa maman. Là, il sait qu’on restera deux heures, j’espère qu’il sera plus facile à décrocher (rires).»

Pour ceux qui étaient un peu trop grands pour les châteaux gonflables, il y avait de quoi s’occuper en ce jour de Fête nationale: initiation à la zumba, spectacle de magie ou tout simplement profiter de l’ambiance avec une boisson entre amis. En deuxième partie de journée, c’est à un public plus adulte que s’adressait l’événement, avec la montée sur scène deux groupes de cover, le premier de Jean-Jacques Goldman, l’autre de Muse. «Nous sommes venus en famille et entre amis pour profiter de la journée, explique Laurent Michel. Quand les concerts commenceront, certains repartiront avec les enfants pendant que d’autres resteront sur place pour assister à la soirée.»

La formule semble en tout cas continuer de séduire les familles hutoises, mais également des habitants des communes voisines. Quand, en plus, la météo s’allie à la bonne tenue de l’événement, on ne pouvait que vivre un «Welcome in the Park» réussi. Bien vite l’année prochaine se disent déjà certains.