TOURNAI

Une ASBL dépose un recours en extrême urgence contre la démolition du pont des Trous

Une ASBL dépose un recours en extrême urgence contre la démolition du pont des Trous

Photo d’archives ÉdA

Une ASBL vient de déposer un recours en extrême urgence au Conseil d’État contre la démolition du pont des Trous à Tournai. Le permis de déconstruction et de reconstruction à l’identique de cet ouvrage médiéval surplombant l’Escaut avait été délivré le mois dernier et les travaux y sont imminents.

Le permis d’urbanisme concernant le réaménagement du pont des Trous et de ses abords avait été délivré le 27 juin dernier. Il prévoit la déconstruction des trois arches de cette porte d’eau, la préservation des pierres et la reconstruction à l’identique de ce bâtiment militaire médiéval.

Le début du chantier est prévu le lundi 29 juillet prochain et les travaux de déconstruction nécessiteront une coupure complète de la navigation sur l’Escaut les 2, 3, 4 et 5 août.

À l’initiative de l’ASBL «La beauté sauvera le monde», un recours a cependant été introduit auprès du Conseil d’État. «L’extrême urgence de l’intervention du Conseil d’État se justifie par la prochaine démolition du pont des Trous et par la gravité et l’irréversibilité des conséquences de cette démolition sur ce bien classé. En l’absence notamment de réalisation des études préconisées par Icomos et en l’absence d’avis de la Commission royale des monuments et des sites sur le projet finalement retenu par le fonctionnaire délégué, il existe en effet un risque qu’il soit irrémédiablement porté atteinte à la valeur universelle et exceptionnelle de ce pont», soutient l’association.

«Aucune urgence ne justifie par ailleurs la démolition d’un pont dont la reconstruction n’est prévue que dans 18 mois et pour autant que le nouveau Gouvernement wallon alloue les budgets nécessaires à cet égard», selon Marie-Pierre Liénart, responsable de l’ASBL.

Elle estime qu’il vaut mieux ne pas se précipiter et préférable de s’entourer de toutes les études et avis nécessaires avant de songer à démolir et à reconstruire l’ouvrage de manière différente.