MONDE

Londres dénonce «la saisie inacceptable» de deux navires par l’Iran dans le détroit d’Ormuz

Londres dénonce «la saisie inacceptable» de deux navires par l’Iran dans le détroit d’Ormuz

AFP

Le gouvernement britannique a dénoncé vendredi soir la «saisie inacceptable de deux navires», un britannique et un libérien, par l’Iran.

«Je suis extrêmement préoccupé par la saisie de deux navires par les autorités iraniennes dans le détroit d’Ormuz», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt dans un communiqué, dénonçant des «saisies inacceptables». Il s’agit d’un bâtiment britannique et d’un autre» battant pavillon libérien», a-t-il précisé.

Les Gardiens de la Révolution iraniens ont annoncé vendredi soir avoir «confisqué» un pétrolier britannique, le Stena Impero, dans le détroit d’Ormuz.

Le bâtiment a été arraisonné par la force navale des Gardiens pour «non respect du code maritime international», «à la demande de l’Autorité portuaire et maritime de la province de l’Hormozgan», indiquait un communiqué sur Sepahnews, le site internet des Gardiens de la Révolution.

L’annonce de la saisie du Stena Impero survient quelques heures après que la Cour suprême de Gibraltar eut décidé de prolonger pour 30 jours l’immobilisation du pétrolier iranien Grace 1.

Téhéran a nié cette accusation et dénonce un acte de «piraterie» envers le navire chargé de 2,1 millions de barils de brut.

Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l’Iran

Les États-Unis ont dénoncé la «surenchère de la violence» de l’Iran après que les Gardiens de la révolution iraniens ont annoncé avoir «confisqué» un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz.

Le président américain Donald Trump a par ailleurs laissé entendre à des journalistes, depuis la Maison Blanche, que Téhéran pourrait avoir arraisonné un second navire.

«Il pourrait y en avoir un, il pourrait y en avoir deux», a-t-il déclaré, sans davantage de précision.

Selon la chaîne CNN, citant un responsable américain, l’Iran a arraisonné un second pétrolier britannique battant pavillon libérien, le MV Mesdar.

M. Trump a assuré que les États-Unis «échangeront» et «travailleront avec le Royaume-Uni» au sujet du pétrolier britannique.

«C’est la seconde fois en un peu plus d’une semaine seulement que le Royaume-Uni est pris pour cible par la surenchère de la violence du régime iranien», avait indiqué plus tôt Garett Marquis, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, dans un communiqué.

«Les États-Unis continueront à travailler avec leurs alliés et partenaires pour défendre leur sécurité et leurs intérêts face au comportement néfaste de l’Iran», avait-il insisté.

Nos dernières videos