BRUXELLES

Rachid Madrane revient à la Région bruxelloise à laquelle il est resté très attaché

Rachid Madrane revient à la Région bruxelloise à laquelle il est resté très attaché

Rachid Madrane BELGA

Rachid Madrane, désigné pour occuper la présidence du parlement bruxellois, fait ainsi son retour à la Région bruxelloise, après un intermède de cinq ans à la Fédération Wallonie-Bruxelles où il était notamment en charge de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de justice ou des Sports, une compétence qu’il recevra en 2016 suite au départ de René Collin.

Agé de 51 ans et licencié en journalisme, ce militant socialiste de longue date a collaboré avec feu Philippe Moureaux à la fédération bruxelloise du PS, dont il a été le porte-parole, ainsi qu’avec Laurette Onkelinx dont il est resté proche. Il ne fait pas de secret de sa filiation politique avec ces deux fortes personnalités politiques.

Avant son mandat ministériel à la Fédération Wallonie-Bruxelles, il avait été durant un an et demi secrétaire d’État à la Propreté publique, à l’Urbanisme et ministre en charge de la Formation professionnelle (Cocof), fonction dont il avait hérité en décembre 2012 d’Emir Kir, devenu bourgmestre de Saint-Josse.

Il a siégé au parlement bruxellois de 2004 à 2009 où on lui doit une ordonnance sur la lutte contre les discriminations à l’embauche. Il avait ensuite fait son entrée au parlement fédéral en juillet 2010.

Il a été réélu au parlement régional le 26 mai dernier avec 10.833 voix de préférence, soit le 2e meilleur score sur la liste socialiste, derrière Rudi Vervoort, mais juste devant Fadila Laanan.

Se disant «élevé dans le goût de l’effort», ce fils d’immigré marocain installé à Etterbeek se plaît à dire qu’il sait ce que la Belgique lui «a donné», ce que la Région bruxelloise lui «a apporté» et ce que lui-même «leur doit».

Il a notamment mis à profit sa première expérience au gouvernement bruxellois pour baliser la réforme de la répartition des tâches de gestion de propreté publique entre la Région et les communes, et mettre en place la garantie emploi jeunes, avec la ministre de l’Emploi Céline Fremault (cdH), elle aussi entrée au gouvernement en fin de législature 2009-2014.

Très attaché à Bruxelles, il a rapidement pris le moule de son costume de ministre de la Fédération où il avait été désigné à la dernière minute, et contre ses propres premières attentes, en 2014. A ce niveau de pouvoir, on lui doit notamment l’élaboration d’un nouveau code de la Prévention, de l’Aide à la jeunesse et de la Protection de la jeunesse, la création du Centre d’aide et de prise en charge des personnes concernées par les extrémismes et radicalismes violents (CAPREV), ou encore plusieurs mesures dans le secteur sportif, notamment en matière de subsidiation.