RÉGIONS

Accident sur accident depuis le début des vacances? Un pic mortel en juillet

Accident sur accident depuis le début des vacances? Un pic mortel en juillet

Un cycliste a perdu la vie, ce dimanche, renversé par une voiture alors qu’il circulait à hauteur du site éclusier d’Ampsin-Neuville. Yves Bircic

Au moins une quinzaine de personnes ont perdu la vie sur nos routes depuis le 1er juillet.

 

Un groupe de cyclistes fauché hier

 

Les accidents de la route ont encore fait plusieurs victimes ce week-end. Un piéton a été mortellement fauché par un fuyard, sur le Boulevard du Jardin Botanique à Bruxelles - face à la Place Rogier -, dans la nuit de samedi à dimanche.

Plus tard dans la journée, hier, c’est un groupe de cyclistes qui a été fauché, à hauteur du site éclusier d’Ampsin-Neuville.

Un quinquagénaire est décédé sur les lieux de l’accident.

 

«Une hausse des tués en juillet»

 

On a compté pas moins de quinze accidents mortels sur nos routes depuis le 1er juillet, dont un particulièrement dramatique à Kortessem (province de Limbourg), dans lequel plusieurs jeunes sont décédés – dont un espoir du club de football de Saint-Trond.

Du côté de l’agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR), après réfléxion, on précise que l'«on remarque une hausse des tués (pour tous les types d’usagers et tout particulièrement pour les usagers vulnérables) en juillet. Cela peut s’expliquer par une circulation plus fluide et donc des vitesses plus élevées (sans que celles-ci soient excessives ou au-dessus des limites) et donc des conséquences plus importantes (notamment en nombre de tués)», précise Pierre-Laurent Fassin, le porte-parole de l'AWSR, graphique à l'appui.

«Durant la période de congé, il y a moins de trafic, donc on roule plus vite», poursuit-il. «Ce qui peut amener des dégâts corporels plus importants». 

Dans le graphique suivant, consacré cette fois aux accidents «corporels», on constate «une saisonnalité avec une hausse des accidents à la belle saison (avril-septembre), qui est liée à une hausse des usagers vulnérables (piétons, cyclistes...) sur les routes», selon Pierre-Laurent Fassin.

S'il y a donc un pic de tués observé en juillet, on assiste également durant ce mois à une «baisse généralisée» des accidents corporels. Cela «peut s’expliquer par une baisse globale du trafic liée aux congés scolaires combinés avec les congés du bâtiment. Il y a donc moins de monde sur la route.»

+ INFOGRAPHIE | Moins de tués sur les routes wallonnes en 2018 mais…