JOGGING

Raphaël Durviaux devance Geoffrey Marrion

Raphaël Durviaux devance Geoffrey Marrion

Lors du premier passage sur la place de France, quatre en tête: Guido, Durviaux, Baillon, Marrion. ÉdA – 401337269242

Le Namurois Durviaux a pris le meilleur sur Marrion, lors de sa première participation à l’épreuve des Bouffiols.

Beaucoup de monde dimanche matin sur la place de France, de Bouffioulx, pour le jogging inscrit au programme de la fête de la poterie. Cette septième manche du challenge Vals et Châteaux a attiré 462 runners. Olivier Marchand du club des Bouffiols ne se souvenait pas en avoir accueilli autant par le passé. L’affluence était telle que le départ a été retardé de dix minutes pour permettre à tout le monde de passer aux tables d’inscription.

Pour le plus grand plaisir des spectateurs présents, les coureurs passaient à plusieurs reprises sur cette place. Ils ont ainsi pu admirer les belles foulées de Raphaël Durviaux et de Geoffrey Marrion qui ne se sont pas quittés durant les dix premiers kilomètres. «J’ai ensuite eu un petit coup de mou et Raphaël en a directement profité, raconte Geoffrey. Il a créé un écart d’une dizaine de mètres que je n’ai pas pu combler par la suite.»

Le Namurois a donc remporté ce jogging des Bouffiols à sa première participation. «On m’avait parlé de cette course lors de la Châtelettaine et, comme j’aime bien en découvrir de nouvelles, c’était l’occasion. C’est sur le plat que j’ai fait la différence sur Geoffrey. Dans les côtes, je sentais qu’il était beaucoup plus à l’aise que moi. C’est toujours chouette de se mesurer à lui. Cette fois, cela a tourné en ma faveur.»

Triplé des Oubouskour sur le court

Geoffrey ne se rappelait plus de sa dernière visite aux Bouffiols. «Je devais certainement avoir encore des cheveux, cela date donc!», rigole-t-il.

Le mois passé, le Preslois a sorti deux belles performances dans des quarts de triathlon: victoire à Fourmies, troisième à Couvin. «Fourmies me réussit bien car c’était ma deuxième victoire consécutive. Je savoure particulièrement parce que, à 41 ans, je sais que des victoires au scratch vont devenir de plus en plus rares… Je dois surtout viser des succès dans ma catégorie d’âge. À Couvin, je suis heureux de m’être hissé sur le podium car il y avait du beau monde. J’ai aussi fait récemment un demi-Ironman en Allemagne: j’étais bien parti pour gagner en 40-45 ans mais j’ai été victime d’une crevaison à vélo.»

Il a eu envie de faire une course dans sa région, pour se vider la tête. «J’aime bien me diversifier. Mentalement, les triathlons épuisent beaucoup.»

Même s’il ne s’entraîne plus que deux fois par semaine, ses sensations sont au top! «Plusieurs raisons expliquent cela: je ne me blesse pas et je suis à la lettre les programmes de mes entraîneurs Fernand Brasseur et Manu Gochard.»

Chez les féminines, Amélie Saussez (48.19) a gagné sur la longue distance alors que les sœurs Oubouskour ont trusté les trois premières places sur la courte: Oumaima a devancé Aïcha et Leila.