CYCLISME

IMAGES | De Gendt – Wellens: une belle amitié et un amour du pois

Partenaires de chambre, fans des longues échappées et amoureux de la montagne, Thomas De Gendt et Tim Wellens partagent une belle amitié et un même amour du pois.

Ce n’est un secret pour personne: les Belges aiment se montrer lors du Tour de France. Et à ce petit jeu-là, Thomas De Gendt et Tim Wellens ne sont pas en reste.

Partenaires de chambre, les deux coureurs de Lotto-Soudal animent les premières montées de la Grande Boucle 2019. Une habitude pour le Waeslandien De Gendt, vainqueur au Ventoux en 2016 et leader du maillot blanc à pois bleu lors du Tour d’Espagne 2018. Un choix payant pour le Trudonnaire Wellens, à l’attaque depuis le début du Tour et porteur du maillot à pois depuis la troisième étape.

Ce 11 juillet, les deux coéquipiers ont profité de la première étape montagneuse pour se glisser dans l’échappée du jour. Tim Wellens pour augmenter son avance au classement du meilleur grimpeur, Thomas De Gendt pour engranger ses premiers points et protéger le maillot à pois du Trudonnaire.

Si je vise le maillot à pois? Le chemin est encore long

La tactique des deux coureurs Lotto-Soudal a été payante. Au bout de la sixième étape de la Grande Boucle, Tim Wellens possède toujours la tunique du meilleur grimpeur et Thomas De Gendt a engrangé ses premiers points au classement de la montagne avant de tenter la victoire d’étape en solitaire mais de se faire reprendre.

Mais qui jouera la victoire finale pour ce maillot à pois? Tim Wellens, leader de ce classement, donne son avis: «Si je vise le maillot à pois? Nous n’en sommes qu’à la sixième étape. Le chemin est encore long. Je vais déjà essayer de le garder quelques jours».

Une chose est certaine: le Trudonnaire gardera le maillot à pois lors de la 7e étape.

Un périple de 1000 km à deux

Équipiers, le Waeslandien et le Trudonnaire sont également amis. S’ils côtoient la même chambre lors des tours, ils ont partagé un beau voyage à deux, durant six jours, l’an dernier.

Pour clôturer en beauté leur saison 2018, les deux acolytes sont revenus en Belgique du Tour de Lombardie… à vélo. Bilan: six jours de cyclisme, six pays traversés, des paysages à couper le souffle, 1002 kilomètres parcourus, 35 heures et 12 minutes sur la selle.

Tout cela avalé à une moyenne très respectable de 28 km/h. Surtout quand on sait que leur vélo pesait… 22 kilos. «Nous ne promettons pas de recommencer, mais Tim et moi nous sommes bien amusés cette semaine», a affirmé De Gendt.

«Notre voyage est terminé. Un trajet et Côme à Semmerzake avec beaucoup de fun et des souvenirs pour la vie. Content de l’avoir fait avec Thomas», avait tweeté Wellens.