Plus de nuitées à Mons qu’à Namur

En 2018, Mons commémorait le centenaire de l’Armistice. Le secteur hôtelier l’en remercie. Dirty Monitor

En 2018, les hôtels et gîtes montois ont cumulé 194 454 nuitées. C’est un record historique.

Le secteur hôtelier à Mons se porte bien. En témoignent les chiffres 2018 sur le tourisme publiés par Statbel, l’Office belge pour la statistique. Ce qu’il en ressort notamment: que la ville de Mons enregistre un nouveau record en termes de nuitées: 194 454 pour l’année 2018.

En comparaison avec d’autres villes wallonnes, Mons a ainsi dépassé Namur, pourtant capitale régionale, de près de 10 000 nuitées (184 754 en 2018).

Autre motif de satisfaction: le nombre de nuitées est en augmentation constante, augmentant de 3% par rapport à 2017, qui était déjà une année record puisque Mons était alors passé de 173 252 nuitées en 2016 à 190 154.

La capitale hennuyère est-elle en plein boom touristique? Il y a de ça, mais c’est surtout le tourisme d’affaire qui est en grande augmentation: il représente 75% des nuitées enregistrées dans les hôtels montois.

Dans le centre-ville, c’est le Shape qui draine le flux le plus important alors qu’en périphérie, les «business tourists» proviennent principalement des clubs d’affaires ou suite à de la prospection en foires et salons.

La part tourisme de loisirs, quant à elle, représente 25% des nuitées. Elles sont réparties comme suit: 10% de tourisme de loisir pur, représenté par un public plus familial qui se déplace surtout pour visiter Pairi Daiza et 15% de tourisme évènementiel qui correspondent à un public présent lors de grands évènements comme Tanks In Mons ou le festival Trolls & Légendes.

En 2018, un événement a contribué à remplir les hôtels montois: la commémoration du centenaire de l’Armistice. Un pic de Britannique a d’ailleurs été enregistré à cette occasion. La ville de Mons constate au passage que plus de la moitié des réservations dans les hôtels (52%) ont été effectuées par des touristes étrangers. Les Français arrivent en tête, suivis par les Anglais, les Allemands, les Hollandais et les Américains.

La ville de Mons note également que durant les vacances scolaires, le ratio affaires/loisir est inversé: ce sont surtout des familles, des couples et des groupes de seniors qui séjournent à Mons à la découverte de son patrimoine.

Ces chiffres réjouissent les autorités communales. «Tout indique que nous avons opéré les bons choix en matière de stratégie touristique et que l’approche liée au tourisme d’affaires est porteuse. Nous devons donc continuer à capitaliser sur notre offre patrimoniale et culturelle, mais également sur nos infrastructures liées au tourisme d’affaires, telles que le centre de congrès», estime le bourgmestre Nicolas Martin.

Qui se fixe pour objectif de «faire progresser la durée des séjours en jouant la carte de la richesse historique et culturelle de la ville.» La progression du nombre de nuitée a été de pair avec une augmentation de la capacité hôtelière de la ville depuis 2015, année de capitale européenne de la culture.

Actuellement, 12 hôtels, 15 gîtes et maisons d’hôtes et une auberge de jeunesse sont répertoriés sur le territoire. A noter encore que deux projets d’hôtels sont encore en vue, ainsi que l’extension du Vandervalk, près du centre de congrès.