BINCHE

Boulangeries Thirion à Ressaix: la reprise complète par Philippe Thirion est officielle

Boulangeries Thirion à Ressaix: la reprise complète par Philippe Thirion est officielle

Philippe Thirion reprend les rênes de la boulangerie Thirion, deux ans après l’avoir vendue. Ugo PETROPOULOS

Le tribunal du commerce de Charleroi a officiellement approuvé mardi la reprise de l’entreprise Thirion par Philippe Thirion. À qui appartient désormais l’ensemble des activités de la boulangerie.

La reprise était en bonne voie après un premier jugement rendu la semaine dernière. Ce jugement approuvait l’offre de rachat émise par Philippe Thirion, propriétaire des boulangeries du même nom jusqu’à la vente en 2017.

Mais le jugement concernant la reprise des ateliers de production avait été reporté à ce mardi et bloquait encore l’officialisation de la reprise. La banque Belfius, qui détenait une hypothèque sur le bâtiment, ne s’était pas encore prononcée sur l’offre émise par Philippe Thirion.

Le jugement rendu valide désormais la reprise des ateliers de production et certains transferts dont celui du bâtiment des ateliers à Ressaix. Concrètement, Philippe Thirion reprend la globalité des activités, soit la production dans les bâtiments historiques de Ressaix et la distribution dans les boulangeries-pâtisseries du groupe.

Moins de personnel

La CSC se félicite de la reprise officielle de l’entreprise Thirion par Philippe Thirion. Mais le syndicat chrétien regrette la volonté du nouveau directeur de se séparer d’une partie de son personnel.

«On y verra un peu plus clair sur les objectifs précis de Philippe Thirion pour le futur de l’entreprise lors d’une réunion qui se tiendra ce mercredi. Mais c’est dommage que la future entreprise veuille se séparer de 14 membres du personnel», déclare Jamal El Gueddari, secrétaire permanent du syndicat chrétien.

Fondée en 1927 à Ressaix, Thirion est une entreprise familiale qui a grandi au fil des décennies et qui fournit 18 boulangeries dans la région du Centre, du Brabant Wallon et à Mons. L’entreprise emploie actuellement 120 personnes.

Depuis sa reprise en 2017 par deux investisseurs brabançons, Serge Van den Nieuwenhof et Guy-Joël De Lhoneux, la situation économique du groupe n’a cessé de se dégrader. La dette des sociétés s’élevait ainsi à environ 1,4 million d’euros.

L’entreprise avait été déclarée en faillite le 17 juin dernier. Un curateur avait été nommé par le tribunal pour trouver un éventuel repreneur. Philippe Thirion, qui avait cédé l’entreprise en 2017 aux deux investisseurs brabançons, avait formulé une offre de reprise au curateur.