BRUXELLES

Eau toxique dans certaines casernes de police: «Le personnel est silencieusement empoisonné»

Eau toxique dans certaines casernes de police: «Le personnel est silencieusement empoisonné»

Les casernes fédérales d’Etterbeek en mauvais état: les conduites d’eau vont y être remplacées. Google Earth

Le personnel de trois casernes bruxelloises craint pour sa santé, à force de boire de l’eau trop chargée notamment en plomb. La police fédérale annonce que la demande de remplacement des conduites incriminée est faite.

MISE A JOUR | 8 juillet 13h30

Vivaqua a prélevé en juin 43 échantillons d’eau dans les casernes Geruzet et de Witte de Haelen à Ettzerbeek, et de l’ancien QG du quartier Couronne à Ixelles. Selon un délégué permanent CGSP, la police fédérale a informé les employés concernés que la grande majorité des résultats étaient satisfaisants. Mais il y a cependant des résultats interpellants, selon , une info de La Dernière Heure et Het Laatste Nieuws.

«Ils parlent de trois problèmes», rapporte le syndicaliste Marc Duplessis. Il s’agit d’un raccordement dans un bloc sanitaire de la caserne de Witte de Haelen, qui contient beaucoup plus de fer qu’autorisé, de zinc présent en très grande quantité et d’une teneur en plomb 13 fois supérieure à la norme europénne, ce qui inquiète particulièrement les syndicats.

«Le personnel utilise l’eau du robinet depuis des années pour préparer du café plusieurs fois par jour. (...) En fait, le personnel est silencieusement empoisonné», explique à la DH Marc Duplessis.

«Nous avons fait la demande pour remplacer les conduites»

La Police Fédérale indique qu’elle a fait la demande auprès de la Régie des bâtiments pour que soient remplacées les conduites d’eau vétustes en question.

«Nous avons pris différentes mesures. Aux points d’eau problématiques, des affiches ont été placées pour avertir le personnel et de l’eau en bouteille est mise à disposition. La teneur en métaux trop élevée de l’eau à ces endroits résulte de la vétusté de certaines conduites d’eau. Nous avons donc fait la demande auprès de la Régie des bâtiments pour les remplacer», explique Jonathan Pfund, porte-parole de la Police Fédérale.

«De plus, les membres du personnel qui le souhaitaient ont été examinés par le médecin du travail. Tout était normal chez ceux qui ont été examinés jusqu’à présent. Ces constats font l’objet d’une attention particulière de la part de la Police Fédérale en ce moment et des discussions ont lieu avec les syndicats pour répondre aux attentes du personnel», a-t-il ajouté.