OBOURG

Sécurisation de la route industrielle à Obourg: des travaux en septembre, vraiment?

Sécurisation de la route industrielle à Obourg: des travaux en septembre, vraiment?

Le 3 juillet 2018, Pierre Darquenne était tué sur la route industrielle à Obourg. Les travaux sont promis pour septembre. Mais… Ugo PETROPOULOS

Le ministre wallon de la mobilité et des infrastructures Carlo di Antonio a promis des aménagements dès septembre sur la N552 à hauteur d’Obourg, suite au décès l’an dernier d’un cycliste. Un mensonge?

Mardi dernier, les cyclistes montois rendaient hommage à Pierre Darquenne, cycliste tué à Obourg alors qu’il circulait sur la route industrielle, seul moyen pour rejoindre le RAVeL quelques centaines de mètres plus loin.

Le drame s’était produit le 3 juillet 2018. Dans la foulée, promesse avait été faite que des aménagements provisoires seraient réalisés pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise.

Un an plus tard, rien n’a été fait déplorent les cyclistes. Ce sera pour septembre, nous répondait le porte-parole du ministre : «les marchés publics sont en cours et un budget a été arrêté», indiquait-il, tout en précisant que les bruits circulant qu’aucun marché public n’avait été lancé étaient faux.

LIRE | Un an après, les cyclistes rendent hommage à Pierre Darquenne

Sauf que du côté des cyclistes, on a passé au peigne fin les marchés publics passés par la Région wallonne. Et sur leportail wallon recensant les marchés publics, ils n’en ont trouvé aucun en lien avec Obourg ou la N552. Après quelques tentatives, nous non plus…

Dossier toujours à l’étude

Pire encore, le plan infrastructures 2019-2024 publié en fin de législature, et qui recense les travaux à réaliser dans les 5 prochaines années sur les réseaux routiers, fluviaux et cyclables gérés par la Wallonie, ne fait aucune mention de travaux à Obourg (la liste des projets sélectionnés à partir de la p. 164).

«Renseignements pris à très bonne source, le dossier est toujours en cours d’étude. Ni le cahier des charges, ni le métré ne sont terminés, et aucune date précise n’est encore disponible pour la mise en adjudication», affirme le groupe des Cyclistes Gonflés à Bloc.

«Il est donc administrativement et matériellement impossible que les travaux commencent en septembre. Dans ce contexte, l’affirmation du cabinet du ministre selon laquelle le chantier devait commencer en juin, paraît encore plus farfelue, pour utiliser un terme charitable.»

À vélo et en landau

Pour se racheter de cette affirmation «farfelue», le groupe d’activistes lui propose un gage en guise de pénitence.

«Cette petite épreuve consistera à se mettre dans la peau d’un habitant d’Obourg pendant 800 mètres. Il s’agira pour lui, un, de parcourir à vélo les 400 mètres de Route industrielle que Pierre Darquenne devait emprunter chaque jour pour rejoindre le chemin de halage. Deux: d’effectuer le retour en poussant un landau le long de la Route industrielle, comme doivent le faire les parents qui habitent à la cité du Congo pour rejoindre Obourg quand ils sont accompagnés de tout-petits.»

«Pour que cette expérience soit vraiment instructive, le ministre devra l’effectuer dans les mêmes conditions que les citoyens qui la vivent tous les jours, c’est-à-dire sans escorte.»

Rendez-vous est fixé au ministre «le samedi 13 juillet à 10 h 30 au croisement de la rue Saint-Macaire et de la Route industrielle à Obourg pour s’acquitter de cette formalité. Le vélo et le landau seront fournis.»