ATH

Les premiers pas de Saskia Bricmont au Parlement européen

C’est avec une émotion particulière que l’Athoise Saskia Bricmont (Écolo) a pris ses fonctions d’eurodéputée au Parlement européen ce mardi à Strasbourg.

Avant cette semaine, Saskia Bricmont n’avait jamais mis les pieds à Strasbourg et encore moins au sein de l’hémicycle du parlement européen.

«Cela fait vraiment quelque chose d’être ici, au milieu des 751 députés, issus de tous les pays membres de l’Union européenne. J’ai des papillons dans le ventre», a commenté l’Athoise après sa première séance plénière, mardi matin. «Nous sommes au sein de la plus grande instance démocratique qui existe.»

La séance d’investiture n’aura duré qu’un bon quart d’heure, mais marque le début d’une grande aventure pour la députée écologiste. De façon très protocolaire, cette neuvième législature a débuté par une interprétation lyrique de l’Hymne à la joie. Moment solennel. Tout le monde (ou presque) est debout. Des eurosceptiques ont décidé de rester assis en guise de protestation.

Qu’à cela ne tienne, Saskia Bricmont se dit prête à relever le défi. «Il faut travailler ensemble, avec les progressistes, pour stopper la montée de l’euroscepticisme.»

À noter que le collège francophone belge est composé de huit députés, dont trois femmes. Aux côtés de Saskia Bricmont, on retrouve (par ordre alphabétique): Marie Arena (PS), Marc Botenga (PTB), Olivier Chastel (MR), Philippe Lamberts (Écolo), Benoît Lutgen (cdH), Frédérique Ries (MR) et Marc Tarabella (PS).

Les Verts, quatrième groupe politique

Avec une percée importante dans toute l’Europe, les Verts sont aujourd’hui le quatrième groupe représenté au Parlement. Ils présenteront dans les prochaines heures, une candidate à la présidence de l’institution.

«Nous avons doublé notre score en Europe et nous nous devons de respecter le choix de l’électeur. Il faut que le Parlement européen retrouve sa souveraineté. C’est pourquoi nous présenterons l’Allemande Ska Keller pour ce poste.»

On ne saura que demain si elle est élue ou non. Suivront les élections des quatorze vice-présidents et des cinq questeurs (chargés des questions administratives qui touchent les députés européens). Enfin, les commissions et sous-commissions permanentes seront constituées. On donnera la répartition numérique au sein de celles-ci et ce seront ensuite les groupes politiques qui proposeront des candidats.