Aux Francos depuis 1994

Aurélie Michel

Jean-Marc Rombach était déjà en coulisses en 1994, lors des toutes premières Francofolies de Spa. Aujourd’hui, 25 ans plus tard, il gère toujours les accès à la grande scène. Par passion. Une passion qui l’a poussé à accepter de s’occuper de toute la «logistique des artistes» pour FiestaCity

Son imposante silhouette est bien connue des artistes qui ont foulé un jour la scène principale des Francofolies de Spa. Depuis les origines du festival, en 1994, Jean-Marc Rombach contrôle l’accès sur la grande scène. Et il y sera encore présent cet été, du 18 au 21 juillet. «C’est intéressant de voir l’envers du décor, indique Jean-Marc Rombach. On y rencontre des techniciens, des régisseurs. L’ambiance est très familiale». Des anecdotes? Il en a beaucoup. Comme cette fois, où une petite fille demande à monter… «Comme elle n’avait pas de badge, je lui ai refusé l’accès avant de savoir qu’il s’agissait de la fille de Maurane. La chanteuse m’a remercié ensuite chaleureusement de l’avoir laissé monter. Je me souviens aussi d’un concert de Zazie où il a plu du début à la fin. Pour le dernier morceau, elle est sortie de la scène couverte pour jouer aux côtés des interprètes en langues des signes qui avaient signé tout le concert sous la pluie».

Cette année, Jean-Marc Rombach devient aussi le bras droit de Francis Géron pour l’organisation de FiestaCity à Verviers fin août: «Je ne me sentais pas capable d’assurer la programmation mais pour le reste, Francis me connaît, il sait qu’il peut compter sur moi. Ce n’est pas mon métier. C’est un passe-temps très enrichissant et il faut qu’il le reste».

Du coup, après un festival effréné, il ne faut plus parler «musique» à Jean-Marc Rombach. «Au moins pendant une semaine», plaisante le Dolhaintois.