CHAUMONT-GISTOUX

VIDÉOS| La septième était la bonne: Tom de Dorlodot est arrivé au bout du X-Alps

Le parapentiste belge Tom de Dorlodot se classe 10e du X-Alps, une course de trail et de parapente entre Salzbourg et Monaco.

+ LIRE AUSSI| Tom de Dorlodot allait courir de nuit pour arriver avant midi à Monaco 

Double objectif atteint pour Tom de Dorlodot. Le parapentiste de Vieusart (Chaumont-Gistoux) ambitionnait de se caler dans le top 10 du X-Alps et d’enfin atteindre l’arrivée de l’épreuve à Monaco. Il n’y était jamais parvenu lors de ses six premières participations.

Ce n’était pas chose aisée à réaliser: seuls 10 des 32 participants ont réussi à avaler les 1 138 km qui séparaient Salzbourg et Monaco, en moins de 11 jours, délai maximum imposé par les organisateurs.

1 138 km, c’est le kilométrage minimum. À réaliser à pied ou en parapente. Mais comme il est impossible de voler ou de courir en ligne droite, Tom de Dorlodot a parcouru une beaucoup plus grande distance: 2 178 km, dont 1 684 km en volant. Ce qui laisse tout de même 494 km à pied.

Pour être certain de ne pas échouer à quelques encablures de Monaco, Tom de Dorlodot a marché toute la nuit, de mercredi à jeudi. Ce qui n’est autorisé qu’une seule fois sur l’épreuve. «Je m’endormais en marchant. J’ai alors fait une sieste de 30 minutes comme sur les bateaux (NDLR: il est aussi skipper). Et je suis reparti, toujours accompagné par un membre de l’équipe. Je suis bien cassé, maintenant. C’est surtout le manque de sommeil. Le physique, ça va. Je sens que la préparation a été efficace», expliquait Tom de Dorlodot, peu après l’arrivée.

«Ce fut épique»

«Je suis explosé mais super heureux d’arriver à Monaco. Quelle aventure. Ce fut épique. C’est un moment assez émotionnel d’arriver au bout de cette course. Cela fait quatorze ans que j’attends ce moment.»

Tom de Dorlodot est arrivé à la balise de fin de course après 10 jours, 22 heures, 33 minutes et 38 secondes, soit 86 minutes avant que la fin de la course ne soit signalée. Il se classe 10e du X-Alps. Son meilleur résultat.

Y reviendra-t-il. Rien n’est moins sûr, maintenant qu’il a atteint Monaco. Mais il ne ferme pas la porte à une huitième participation: «J’ai bouclé quelque chose que je voulais boucler. Mais pourquoi pas? Une nouvelle participation dépendra des projets avec le bateau.» Après trois jours, Tom de Dorlodot, son épouse Sofia et leur jeune fils Jack retourneront sur leur voilier. Ils ont toujours un projet de tour du monde à la voile sur le feu.