«Mes enfants doivent voir ce que d’autres jeunes endurent», explique la reine Mathilde

C’est un choix délibéré du couple royal de permettre à la princesse Élisabeth de participer à la mission de la reine Mathilde pour l’Unicef au Kenya. «Il est utile qu’elle puisse se rendre compte de ce qui se passe ici et de ce que des jeunes de son âge doivent parfois endurer. Tous mes enfants auront la possibilité de vivre une expérience similaire», a déclaré la souveraine à Nairobi au cours d’un entretien accordé à la presse.

«Mes enfants doivent voir ce que d’autres jeunes endurent», explique la reine Mathilde
Photo News
La princesse Élisabeth effectue sa première mission à l’étranger en accompagnant sa mère, la reine Mathilde. «Elle observe et pour moi c’est très touchant de la voir ici», a commenté cette dernière au sujet de sa fille. Elle précise toutefois que la démarche n’a rien à voir avec la préparation de la princesse à son futur rôle de souveraine. «Ce n’est pas à l’ordre du jour. Tout vient en son temps, je souhaite en ce moment qu’elle profite pleinement de sa vie d’étudiante. Carpe diem», assure la reine Mathilde. La princesse de 17 ans étudie au pays de Galles (Royaume-Uni) et vient de terminer ses examens de fin d’année. Épreuves qui se sont très bien déroulées, précise, avec fierté, la souveraine.

Mardi soir, la princesse s’est endormie sur l’épaule de sa maman lors du vol en retour du camp kényan de Kakuma, qui accueille plus de 200.000 réfugiés près de la frontière avec l’Ouganda et le Soudan du Sud. «Ce fut intense pour elle. Elle vient juste de terminer ses examens. Les autres étudiants sont aussi fatigués».

C’est parce que cette session d’examens était terminée, que la princesse a pu se joindre à la mission. Un souhait de longue date exprimé par la reine Mathilde. «C’est vraiment un choix du roi et moi-même d’impliquer nos enfants dans notre travail. Quand je revenais de précédentes missions Unicef – et c’est déjà la 8e en dix ans – j’ai toujours raconté beaucoup à mes enfants afin de susciter leur intérêt. Et il semble que ce soit un succès car ils s’intéressent aux droits de l’enfant. Tous sont intéressés, même si certains sont encore jeunes. Ils auront aussi la possibilité de vivre une expérience similaire ultérieurement», a assuré la reine Mathilde.

Jeudi est la dernière journée de la mission au Kenya. La Reine rencontrera des représentants du peuple massaï, une population d’éleveurs et de guerriers nomades qui a su préserver son mode de vie. Unicef y tiendra une action de sensibilisation en vue d’endiguer les mutilations génitales que subissent les filles et d’éviter les mariages précoces.

«Mes enfants doivent voir ce que d’autres jeunes endurent», explique la reine Mathilde
Photo News