FRAMERIES

Jugement reporté dans le cadre de l’annulation du permis de Clarebout à Frameries

Jugement reporté dans le cadre de l’annulation du permis de Clarebout à Frameries

Sorti de terre en moins de six mois, le frigo de Clarebout n’a pas pu être terminé suite à l’annulation de son permis par le ministre Di Antonio Ugo PETROPOULOS

Selon l’avocat de Clarebout, ce jugement est reporté à ce jeudi.

Le tribunal civil de Mons, siégeant en référé, a reporté mercredi son jugement concernant l’action introduite par Clarebout qui souhaite annuler l’arrêté pris par le ministre wallon Carlo Di Antonio (Cdh) en mai dernier.

Celui-ci annulait le permis octroyé pour les travaux sur le site de Frameries. La société Clarebout est présente dans le zoning de Frameries depuis 2016 avec des grands hangars de stockage de pommes de terre.

Un permis avait, d’une part, été octroyé à l’entreprise flamande pour construire dans le même zoning, un centre logistique, soit des frigos de conservation de frites.

Une option sur 16 hectares avait, d’autre part, été ouverte par l’Intercommunale de développement économique et d’aménagement du cœur du Hainaut (IDEA) pour l’implantation d’une usine de production de frites surgelées et autres produits dérivés de la pomme de terre. Cette option, dite «droit de préférence», a été éteinte par l’intercommunale.

Des travaux avaient été entrepris mais le ministre a annulé le permis estimant que les nuisances liées au projet n’avaient pas été étudiées dans sa globalité. Selon les avocats de Clarebout, le ministre a agi hors délai, ce qui a été contesté par l’avocat de la Région wallonne. Pour la société qui transforme la pomme de terre, il est urgent de terminer les travaux pour une question de sécurité. Selon l’avocat de la société, le jugement a été reporté de 24 heures.

De nombreux riverains sont en outre opposés au projet.