EUROPE

Tour d’Europe en images: à la recherche d’un peu de fraîcheur pendant la canicule

La canicule s’est installée un peu partout en Europe, poussant les habitants, touristes et animaux à chercher la fraîcheur. Petit tour dans quelques villes, en images.

La canicule qui s’est abattue en début de semaine sur une grande partie de l’Europe va encore s’intensifier ce mercredi avec des températures de plus de 40 degrés attendues en France et en Espagne, avant le pic de chaleur prévu jeudi et vendredi.

Un peu partout, il a fallu composer avec ces températures infernales. Et ce n’est pas fini.

En Espagne, l’agence météorologique Aemet a placé en alerte orange (risque important) cinq provinces du nord, avec 42°C attendus dans la vallée de l’Ebre (nord-est). L’alerte orange sera étendue jeudi à un total de dix provinces du centre et du nord-est.

En France, où il faisait 36°C dans certaines régions mardi après-midi, les 40°C pourraient être dépassés dès ce mercredi, selon l’organisme national Météo France.

L’Allemagne se prépare à atteindre les 39°C dans le Brandebourg, la région entourant Berlin, où un feu de forêt a déjà ravagé 100 hectares depuis lundi. «La situation est tendue, mais à ce stade, nous n’envisageons pas de bloquer des routes ou d’évacuer certains habitants», a déclaré un porte-parole de la police.

«Marqueur du réchauffement»

Venue du Sahara, cette vague de chaleur sans précédent pour un mois de juin doit encore s’aggraver jeudi et vendredi. Caractéristique des canicules, les nuits sont également très chaudes par rapport à la normale.

«Les vagues de chaleur sont le marqueur du réchauffement» planétaire, résume Jean Jouzel, ex-vice-président du Giec (experts climat de l’ONU), et «clairement le diagnostic est qu’elles vont devenir plus précoces, plus intenses, plus fréquentes».

Selon l’Institut climatologique spécialisé de Potsdam, les étés les plus chauds en Europe depuis l’année 1500 ont tous été relevés au cours du XXIe siècle. Par ordre décroissant: 2018, 2010, 2003, 2016 et 2002.