FOOTBALL

L’ancien entraîneur d’Eden Hazard le tacle à distance: «Un autre niveau avec Cristiano Ronaldo»

L’ancien entraîneur d’Eden Hazard le tacle à distance: «Un autre niveau avec Cristiano Ronaldo»

Maurizio Sarri apprécie-t-il vraiment Eden Hazard? Reporters

Maurizio Sarri, le dernier coach d’Eden Hazard à Chelsea, a envoyé une pique bien sentie au Diable rouge et ses anciens coéquipiers lors de sa première conférence de presse à la Juventus.

Le nouvel entraîneur de la Vieille Dame ne s’est pas fait que des amis, hier, lors de sa présentation officielle à Turin. Et pour cause, Maurizio Sarri a été un peu sec envers quelques-uns de ses anciens joueurs.

Ainsi, l’entraîneur italien s’est laissé à quelques comparaisons peu flatteuses pour Chelsea, son ancien employeur. «Mon parcours est long. Les divisions inférieures, la Serie B (D2 italienne), la Serie A, la Premier League avec Chelsea et maintenant la Juventus. Je suis ému d’être ici, dans le club le plus important d’Italie, a-t-il déclaré. Mon parcours est long, fait de plusieurs étapes. Je viens de Chelsea. J’arrive à la Juventus, c’est un autre pas en avant. L’émotion est forte.»

Visiblement heureux de retrouver son pays natal, Maurizio Sarri se fait une joie d’entraîner Cristiano Ronaldo. Et tant pis s’il doit se fâcher avec ses anciens joueurs pour le prouver.

+ À LIRE AUSSI | Eden Hazard n’est pas encore un leader, pense Maurizio Sarri

«Quand j’entraînais Naples, l’équipe était composée de joueurs qui travaillaient pour le collectif. Le ballon circulait rapidement, résume le coach transalpin. À Chelsea, c’était autre chose: le groupe comportait de meilleurs joueurs mais leurs qualités individuelles étaient différentes. Les ailiers, par exemple, préféraient jouer avec la balle au pied pour ensuite jouer en un contre un. Dans ce cas, c’était plus difficile de leur imposer mon style de jeu. Chez les Blues, huit joueurs au moins étaient capables de jouer en une touche de balle et certaines individualités se mettaient fort en évidence.» Et l’homme de pointer indirectement Eden Hazard. «Désormais, je vais entraîner Cristiano Ronaldo. Là aussi c’est un pas en avant, estime le nouveau coach de la Juventus. J’ai entraîné des joueurs très forts à Chelsea (dont Eden Hazard, NDLR) mais là, c’est le top mondial. Il a tous les records possibles du football mondial. J’aimerais lui en faire battre de nouveaux. Celui des buts en Serie A, par exemple.»

Reste que la tâche de Maurizio Sarri ne sera pas simple. Son prédécesseur, Massimiliano Allegri, a remporté les cinq derniers championnats d’Italie, quatre coupes nationales et disputé deux finales de Ligue des Champions. «C’est un lourd héritage. Il a obtenu des résultats extraordinaires, a confié l’ancien coach de Chelsea. Je m’attends à me lever chaque matin et étudier la manière de gagner les matchs. Ce n’est pas un mécanisme évident: gagner à nouveau est toujours plus difficile que gagner la première fois. La Juventus a l’obligation de partir pour gagner tout le temps, mais il faut être conscient du coefficient de difficulté.» Avec un «rêve» qui l’animera durant sa première saison à la tête de la Juve: une victoire en Ligue des champions que le club italien n’a plus remporté depuis 1996.

Le choix de Maurizio Sarri n’a pas suscité l’enthousiasme de tous les supporters de la Vieille Dame, notamment en raison de son passé à Naples et de son palmarès qui était vierge jusqu’à l’Europa League remportée avec Chelsea. «J’ai été accueilli avec sceptisime partout où j’ai signé. Je le comprends. Mais je ne connais qu’un moyen de le faire partir: gagner et convaincre, obtenir des résultats et assurer le spectacle.»