BRUXELLES

Les pompiers mettent le feu à la Petite Ceinture: leur ras-le-bol s'enflamme

Les hommes du feu protestent contre la suppression soudaine des primes dans le système de rémunération des équipes spéciales du service d’incendie.

Les tunnels Tervuren, Cinquantenaire et Loi en direction du centre étaient fermés à la circulation mercredi en matinée à la suite d’une manifestation des pompiers et de quelques gilets jaunes venus les soutenir.

Les hommes du feu protestent contre la suppression soudaine des primes dans le système de rémunération des équipes spéciales du service d’incendie. Des négociations sont actuellement en cours au cabinet de la secrétaire d’État bruxelloise Cécile Jodoigne. Elles devraient se prolonger vendredi.

Des ralentissements sont aussi observés au niveau des tunnels Porte de Hal et Louise en direction de Basilique.

 

 

Les quelque 220 pompiers de Bruxelles – selon la police – se sont rendus à la station de métro Maelbeek, théâtre des attentats du 22 mars 2016. Au garde-à-vous, ils y ont observé une minute de silence en hommage aux victimes, qu’ils ont conclue par des applaudissements nourris.

«On est ici face à la station Maelbeek pour montrer au politique qu’on est disciplinés, qu’on a de la rigueur et qu’on sera toujours là pour la population bruxelloise», a résumé un homme du feu.

Pour le délégué SLFP-VSOA Éric Labourdette, le rôle de premier plan joué par les pompiers «semble avoir été oublié par les politiques», a-t-il commenté auprès de l’agence Belga.

 

Façade du cabinet arrosée

Avant d’arroser la façade du cabinet de la secrétaire d’État régionale Cécile Jodogne, les pompiers de Bruxelles ont mis le feu à trois tours de palettes rue Saint-Lazare. Ils ont aussi allumé fumigènes et pétards pour protester contre la suppression des primes dans le système de rémunération des équipes spéciales du service d’incendie.

«On ne demande pas une augmentation. On veut juste que la situation ne se détériore pas», explique un délégué syndical des combattants du feu.

Pour montrer leur mécontentement, les hommes du feu ont manifesté en même temps le long de la Petite Ceinture. Les quelque 220 pompiers, selon un premier décompte de la police, ont observé une minute de silence à Maelbeek avant de reprendre leur marche. Ils ont promis des «actions crescendo» ce vendredi, troisième jour prévu à l’agenda des négociations.