JUDICIAIRE

Coups de poing mortels à Philippeville: trois ans ferme pour le gérant du café

Coups de poing mortels à Philippeville: trois ans ferme pour le gérant du café

Le prévenu avait fait opposition, le 4 juin 2019, à un jugement le condamnant par défaut à trois ans de prison. EdA - Florent Marot

Mort de Michel Hamelrijk: le tribunal correctionnel de Dinant a condamné ce matin à trois ans de prison ferme le suspect poursuivi pour des coups ayant entraîné la mort du sexagénaire bruxellois, en août 2012 à Philippeville.

Le tribunal correctionnel de Dinant a condamné ce mardi matin à trois ans de prison ferme un homme poursuivi pour des coups ayant entraîné la mort de Michel Hamelrijk, en août 2012 à Philippeville.

Le parquet de Namur a requis son arrestation immédiate mais celle-ci n’a pas été ordonnée par le tribunal, qui ne l’estimait pas nécessaire dans la mesure où le prévenu était présent lors de la précédente audience.

Le prévenu avait fait opposition, le 4 juin 2019, à un jugement le condamnant par défaut à trois ans de prison. Il était initialement poursuivi, avec deux autres personnes, pour avoir porté des coups à un Bruxellois de 60 ans, Michel Hamelrijk, décédé d’une hémorragie cérébrale après avoir passé la nuit en cellule de dégrisement au commissariat de Philippeville.

Ce dernier avait préalablement assisté aux 12h de la Chinelle, une épreuve d’endurance moto et avait poursuivi sa soirée à la taverne d’un camping en compagnie de son épouse, où il a reçu deux coups de poing.

Gérant du café, le prévenu avait reconnu avoir frappé la victime mais affirmait que le coup qu’il avait porté au Bruxellois n’était pas lié à son décès. «Il a perdu une dent mais n’est pas tombé», a-t-il expliqué. Cette thèse n’a cependant pas été suivie par le tribunal.