FOOTBALL

Johan Walem après la défaite des Diablotins: «On doit être capable de tuer un match»

Johan Walem après la défaite des Diablotins: «On doit être capable de tuer un match»

Johan Walem. Photo News

Johan Walem s’est montré très réaliste dimanche soir après la défaite 3-2 contre la Pologne lors du match d’ouverture de l’Euro espoirs.

«À ce niveau, la marge d’erreur est très faible. Il ne suffit pas de bien jouer les 25 premières minutes», a regretté le coach.

Les Diablotins ont commencé le match en force et ont été récompensés par un but d’Aaron Leya Iseka (16e minute). Dix minutes plus tard, après l’égalisation de Zurkowski, le château de cartes s’est écroulé.

«Ce n’est pas une question de mental», a tranché Walem. «On commence parfaitement. Puis, on perd le bon rythme. Soudain, nous avons eu beaucoup plus de difficultés avec la Pologne. Le premier but n’aurait jamais dû tomber: nous avions eu une grosse possibilité juste avant. Nous avons eu beaucoup d’occasions et nous aurions dû marquer plus d’une fois. C’est aussi une force, marquer des buts. On doit être capable de tuer un match. Le deuxième but de la Pologne nous a coupé les jambes. On a vu une fois encore que dans un grand tournoi, la marge d’erreur est très faible.»

«

Nous devrons être capables de tourner la page tout de suite

»

La question est de savoir ce que Walem et ses joueurs vont faire la semaine prochaine. Avec seulement le vainqueur du groupe et le meilleur deuxième des trois groupes qui se qualifient pour les demi-finales, ce sera très difficile.

«Nous sommes dans l’obligation de gagner contre l’Espagne et l’Italie. Sinon, il s’agira d’acquérir de l’expérience. Il sera très difficile de gagner contre des pays aussi prestigieux. Nous devrons être capables de tourner la page tout de suite. Pour l’instant, tout le monde dans les vestiaires est très déçu, mais il faut oublier ce match le plus tôt possible. Il faut aussi apprendre à accepter les défaites. On mettra l’accent sur l’Espagne. Le meilleur remède après une défaite est de rejouer rapidement. J’espère que mes garçons se montreront face à l’un des favoris pour la victoire finale.»

Au sujet de la tactique contre l’Espagne, Walem est resté très évasif. «Peut-être que nous essayerons de construire un bloc comme la Pologne l’a fait contre nous. Nous pouvons aussi essayer de donner peu d’occasions à l’Espagne. Nous avons nos qualités spécifiques, mais l’Espagne en a bien d’autres. Mais on a toujours une chance.»