ÉLECTIONS 2019

Le PS invite le PTB à un nouveau tour de négociations

Le PS invite le PTB à un nouveau tour de négociations

Photo News

Le PS a adressé une nouvelle invitation à négocier au PTB, a indiqué dimanche le président du PS, Elio Di Rupo, sur le plateau de RTL-TVi. L’entretien souhaité par les socialistes francophones est prévu mardi.

Le PS ouvre toujours grand la porte au PTB en Wallonie, est-il apparu au cours des débats politiques sur RTL-TVi dimanche. Le président des socialistes francophones, Elio Di Rupo, a d’ailleurs envoyé une invitation au président des communistes, Peter Mertens, pour un troisième tour de négociation mardi.

Mardi passé, le deuxième round des discussions à Namur a tourné court. La délégation du PTB a claqué la porte à l’heure des journaux télévisés, estimant que ces réunions ne servaient à rien. A ses yeux, le PS n’est pas prêt à rompre avec les politiques du passé. Le parti marxiste tient en particulier à ce que la Wallonie «désobéisse» aux traités budgétaires européens qui, selon lui, empêchent de prendre des mesures ambitieuses, par exemple en matière de logement.

«Il n’y a pas eu de vraies négociations. On a assisté à une mascarade», a assuré dimanche le vice-président du PTB, David Pestieau.

Selon lui, le PS a surtout en tête d’ouvrir des négociations avec Écolo et le MR. Il en veut pour preuve l’absence de contacts discrets entre socialistes et communistes avant les élections.

Le PS renvoie quant à lui la balle au PTB. «On a senti clairement que le PTB n’en voulait pas», a souligné le chef de groupe au parlement wallon, Pierre-Yves Dermagne.

Écolo se montre particulièrement discret ces derniers jours. Une nouvelle rencontre avec les formateurs socialistes est prévue mercredi.

Le MR observe pour le moment la scène depuis le balcon. Il estime qu’il est temps de mettre fin au «vaudeville» et de constituer un gouvernement, certaines échéances se faisant pressantes, notamment budgétaires ou qui concernent l’avenir des hôpitaux publics.

Depuis le retrait du cdH et vu les réticences du PTB, toute majorité implique le MR avec éventuellement la participation des écologistes.

«Il faut que le PS reprenne la main et regarde les différentes options. Il y a la possibilité de faire une majorité forte avec le MR, avec Écolo», a souligné le chef de groupe MR, Jean-Paul Wahl.

L’heure des libéraux n’a toutefois pas (encore) sonné, à entendre le président des socialistes.

Invité à classer 4 personnalités politiques, il a laissé de côté le président du MR, Charles Michel, et donné la première place à la co-présidente d’Écolo, Zakia Khattabi, suivie du porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw, et du président du cdH, Maxime Prévot.

«Nous cherchons un gouvernement avec le programme le plus progressiste possible», a répété M. Di Rupo.