La Belgique rapatrie six orphelins résidant dans des camps gérés par des Kurdes

La Belgique rapatrie six orphelins résidant dans des camps gérés par des Kurdes

Selon Alexander De Croo, tous les enfants concernés sont nés en Belgique; deux des six enfants ont moins de dix ans. BELGA

L’accord de principe que le gouvernement fédéral belge a signé avec les autorités kurdes, afin de rapatrier des enfants de combattants belges de l’État islamique, concerne six enfants, tous nés en Belgique.

Selon l’analyse des services de sécurité, ceux-ci n’ont plus de parents, a indiqué le vice-premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo sur la VRT-Radio. «Nous ne laissons pas mourir ces enfants», a-t-il précisé.

La mise au jour de cet accord avec la Belgique a fait l’objet d’une fuite mercredi via une agence de presse kurde. L’information a été confirmée par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. La décision de rapatrier des enfants a fait l’objet d’une décision du comité ministériel restreint.

«Il s’agit de six enfants qui n’ont plus de parents», a précisé jeudi Alexander De Croo. «Il n’y a pas d’excuses pour les choix faits par leurs parents, qui sont injustifiables, mais ce sont les choix de leurs parents. Une partie de ces enfants ont également été enlevés et séjournent (dans des camps gérés par des Kurdes dans le nord-est de la Syrie) dans des circonstances parfois horribles», a-t-il dit.

Selon Alexander De Croo, tous les enfants concernés sont nés en Belgique; deux des six enfants ont moins de dix ans. «Tous les enfants ont fait l’objet d’une analyse approfondie de la part du service de renseignement de la Défense ainsi que de l’OCAM, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace. L’OCAM estime que les six enfants peuvent être rapatriés. En tant que gouvernement fédéral et comme ministre il faut pouvoir faire confiance aux services», a-t-il dit. Chaque enfant fera l’objet d’un accompagnement adapté lors de son arrivée en Belgique.

Cinq de ces six enfants sont mineurs d’âge. Le sixième est une jeune fille qui a été enlevée il y a six ans par son père, a appris l’agence BELGA. Sa mère n’a jamais quitté la Belgique. Selon la VRT, la jeune fille avait été enlevée afin de la marier à un combattant de l’État islamique. Elle souffrirait aujourd’hui de profonds traumatismes et a besoin d’une assistance psychologique urgente, a confirmé une source à Belga.

Les cinq autres enfants, orphelins, se retrouvent seuls dans les camps. Il s’agit de trois garçons de 6, 8 et 14 ans, tous de la même mère originaire de Bruxelles. Un garçon de 14 ans et sa sœur de 10 ans sont également originaires de Bruxelles. Pour au moins quatre de ces cinq enfants, il est acquis que leurs deux parents sont décédés.

En ce qui concerne un des enfants, une incertitude demeure quant à la survivance du père. Cet enfant séjournait avec sa mère qui est décédée. Quoi qu’il en soit, cet enfant se trouve aujourd’hui seul dans un camp.