MONDE/BELGIQUE

L’Afsca néerlandaise aurait autorisé l’exportation de porcs malades vers la Belgique

L’Afsca néerlandaise aurait autorisé l’exportation de porcs malades vers la Belgique

D’après les informations obtenues par Animal Rights, des inspecteurs de la NVWA ont approuvé le transport de porcs. Des collègues belges ont cependant par la suite estimé que ces animaux n’étaient pas transportables. (photo d’illustration) Reporters/Photononstop

L’équivalent néerlandais de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire aurait autorisé le transport de porcs gravement malades et boiteux pour l’exportation vers la Belgique et l’Allemagne, selon Animal Rights.

L’autorité néerlandaise sanitaire (Nederlandse Voedsel en Warenautoriteit – NVWA), équivalent de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), aurait autorisé le transport de porcs gravement malades et boiteux pour l’exportation vers la Belgique et l’Allemagne, selon les accusations de l’organisation de défense des droits des animaux Animal Rights. Le transport de bêtes malades vers des abattoirs est pourtant interdit.

D’après les informations obtenues par Animal Rights, des inspecteurs de la NVWA ont approuvé le transport de porcs. Des collègues belges ont cependant par la suite estimé que ces animaux n’étaient pas transportables.

Ainsi, en 2017, 38 bêtes destinées à l’exportation provenant de Reusel (Brabant Septentrional), et dont le transport avait été approuvé par l’autorité néerlandaise, ont abouti directement dans une entreprise d’équarrissage en Belgique. Les inspecteurs belges ont classé les porcs dans la catégorie «en très mauvais état; boiteux, plein d’abcès et d’infections».

Selon une enquête de la chaîne RTL Nieuws, de tels abus se seraient également produits en Allemagne. En 2018, l’État de Basse-Saxe a ainsi découvert des porcs «gravement éclopés et blessés» dans 25 transports en provenance des Pays-Bas. Pour chacun d’eux, au moins un ou deux animaux présentaient par exemple une hernie ombilicale ou un abcès et ne pouvaient dès lors être abattus aux yeux des autorités allemandes.

La NVWA reconnaît que des dizaines de signalement de l’étranger lui proviennent chaque année. Selon l’Afsca néerlandaise, certains problèmes peuvent être apparus durant le transport. Ce que réfutent des sources internes à cette autorité, interrogées par RTL Nieuws. Tout serait plutôt fait pour ne pas empêcher l’exportation.

La ministre néerlandaise de l’Agriculture, Carola Schouten, s’est dite choquée par ces informations. Elle entend prendre des mesures et étendre une enquête déjà en cours aux méthodes de travail des inspecteurs.