CYCLISME

Forfait pour le Tour de France: l’année noire de Chris Froome

Forfait pour le Tour de France: l’année noire de Chris Froome

Le dernier succès de Chris Froome remonte au 27 mai 2018. Photo News

Chris Froome, forfait pour le Tour de France et contraint probablement à un long arrêt, vit une année noire.

+ À LIRE AUSSI | Victime d’une grave chute contre un mur, Chris Froome doit renoncer au Tour de France

Zéro victoire et une grave blessure: Chris Froome, forfait pour le Tour de France et contraint probablement à un long arrêt, vit une année noire en 2019, sans résultat sportif probant et sans possibilité de se rétablir à court terme.

Son dernier succès remonte au 27 mai 2018. Le Britannique avait gagné ce jour-là le Giro, pour la première fois de sa carrière. Après un renversement de situation ahurissant à deux jours de l’arrivée, une échappée solitaire de quelque 80 kilomètres par-delà les cols de la Fenestre et de Sestrière pour rejoindre les hauteurs de Bardonecchia.

Froome s’est classé ensuite troisième du Tour de France, derrière son coéquipier gallois Geraint Thomas et le Néerlandais Tom Dumoulin. Sans jamais, toutefois, être en position de faire mieux dans une course mal engagée, après une chute dans la première étape.

Cette année, le Britannique a décidé de revenir à son programme printanier habituel, un long stage sur les pentes du volcan Teide aux Canaries puis le Dauphiné, pour préparer le Tour. Mais il a changé son début de saison en prenant part au Tour de Colombie dans la première quinzaine de février.

Difficultés d’acclimatation ou d’adaptation? Le quadruple vainqueur du Tour a peiné dans la course andine (91e) et a récidivé le mois suivant au Tour de Catalogne (94e). Il n’est réapparu à un niveau honorable qu’au Tour des Alpes (11e), fin avril, puis au Tour du Yorkshire (13e), avant de partir au Teide comme à son habitude.

Depuis le départ du Dauphiné, l’Anglais de l’équipe Ineos avait tout l’air de se rapprocher de son meilleur niveau, à voir son comportement dans les temps chauds de la course. Il ne manquait que la concrétisation du contre-la-montre et de la montagne. C’était sans compter sur les aléas du vent et ses piégeuses rafales.