Rendeux

Le 2e jour du procès du double meurtre de Ronzon : "Ce n'est pas un vol qui a mal tourné, c'est un assassinat"

Le 2e jour du procès du double meurtre de Ronzon : "Ce n'est pas un vol qui a mal tourné, c'est un assassinat"

EdA Claudy Petit

Vinciane et Nathan étaient un jeune couple de 27 et 26 ans. Ils ont été sauvagement tués chez eux à Ronzon (Rendeux), l’été 2016. Le procès a débuté ce mercredi par la constitution du jury. Ce mercredi, place aux enquêteurs.

+ RELISEZ NOTRE DIRECT | Première journée du procès du double meurtre de Ronzon : « Mon client est coupable »

La première piste, suite à la découverte du corps sans vie de Nathan Kettani et sa compagne Vinciane Lamoot, chez eux à Ronzon (Rendeux), le 12 août 2016, avait été celle d'un drame conjugal, à savoir que la seconde aurait tué le premier avant de se suicider par noyade, ont rappelé, mercredi, devant la cour d'assises du Luxembourg, le juge d'instruction et les enquêteurs qui ont été en charge du dossier de ce double meurtre. Finalement, trois personnes - Sébastien Kesteman, Radwan Elmi Galib et son ex-compagne Jennifer Sablon - seront interpellés notamment suite à des mouvement bancaires suspects effectués avec les cartes des victimes. Le trio doit répondre de meurtre pour faciliter le vol.

+ À LIRE | Double meurtre de Ronzon: Sébastien Kesteman et Radwan Elmi Galib s’accusent respectivement

"J'étais sceptique par rapport à l'hypothèse du suicide par noyade car en 20 ans de carrière, je n'avais jamais vu cela", a expliqué dans son témoignage, le juge d'instruction Thierry Maes qui avait finalement été saisi par le parquet suite notamment à des éléments suspects découverts par la police au domicile des victimes. Leurs clefs, leurs portefeuille ou GSM, ou une arme du crime n'avaient pas été trouvés dans la maison. Des traces de sang ont aussi été nettoyées.
L'enquête avancera notamment par toute une série de devoirs de téléphonie ainsi que des images de caméras de surveillance. Le couple Elmi Galib/Sablon avait finalement été intercepté le 27 septembre alors qu'il était en voiture à Drogenbos. Sébastien Kesteman avait, lui, été intercepté le jour même à l'aéroport de Zaventem de retour d'un voyage au Brésil où il était allé voir sa petite amie. Radwan Elmi Galib reconnaîtra s'être rendu à Ronzon avec Sébastien Kesteman, mais en expliquant que c'est lui qui avait tué les victimes. Dans un premier temps, Sébastien Kesteman se dira étranger aux faits.
Selon des propos rappelés par le juge d'instruction, mercredi, devant la cour d'assises, Sébastien Kesteman a avait réagi en ces termes suite à la version de son co-accusé : "c'est une très belle histoire, mais c'est son histoire, c'est facile d'accuser les autres." Par la suite, Sébastien Kesteman admettra une présence à Ronzon mais en chargeant, lui, Radwan Elmi Galib de la mort des victimes. Jennifer Sablon, qui avait utilisé les cartes volées après les faits, a, elle, dit avoir tout ignoré des projets des autres accusés. Chacun défend cette position au procès.

Le jeune fils de Nathan Kettani et de Vinciane Lamoot, âgé alors de 20 mois, avait été laissé en vie et retrouvé dans son lit. Lors de la reconstitution, évoquée à l'audience de mercredi, Radwan Elmi Galib dit avoir agi sur les ordres de Sébastien Kesteman. Il dit avoir cependant refusé que l'enfant du couple soit tué. Lors de cette reconstitution, Sébastien Kesteman, a expliqué ne pas avoir été l'auteur du double meurtre mais qu'il était prévu dès le départ de tuer le couple.

"Dès le départ, on avait prévu de les assassiner, c'est pour cela que nous n'avions pas pris de cagoule, et que nous avions une pelle et une pioche pour les enterrer", avait-il alors déclaré.