MONDE

PHOTOS | Des bouddhistes tendent des roses de la paix aux musulmans en Birmanie

Des activistes bouddhistes modérés ont mené une campagne de distribution de roses blanches à la sortie de mosquées en Birmanie durant le ramadan, pour se démarquer des extrémistes qui voient les musulmans, notamment les Rohingyas, comme une menace.

Ces roses «sont un avertissement aux extrémistes pour leur dire que beaucoup de personnes ne partagent pas leur vision des choses en Birmanie», explique Thet Swe Win, 33 ans.

Cette campagne a débuté il y a trois semaines, après que des nationalistes bouddhistes ont interrompu la prière du ramadan sur trois sites de prière musulmans à Rangoun, la capitale économique.

L’initiative a été lancée par le moine modéré Seindita, qui a commencé à distribuer des roses blanches aux fidèles musulmans.

Au total, pendant le ramadan, une centaine de volontaires ont distribué 15 000 fleurs sur une vingtaine de sites de prière à travers le pays.

Un mandat d’arrêt pour incitation à la haine a été émis fin mai par les autorités birmanes à l’encontre du moine ultranationaliste Wirathu, qualifié par Time magazine de «visage de la terreur bouddhiste» anti-musulmane.

Des civils bouddhistes nationalistes sont accusés d’avoir participé aux côtés de l’armée birmane aux exactions à l’encontre des Rohingyas, qualifiées de «génocide» par des enquêteurs de l’ONU. Plus de 740 000 membres de cette minorité ont fui au Bangladesh voisin depuis août 2017.

Cette haine des musulmans est attisée depuis des années par Wirathu, figure la plus connue du mouvement MaBatha, qui se voit comme une vigie contre la menace présumée d’une islamisation de ce pays.

La Birmanie, majoritairement bouddhiste, compte moins de 5% de musulmans.