Le RCS Andenne est un club qui a connu de nombreuses galères, mais depuis quelques années, les oursons relèvent la tête. A la direction du club depuis 7 ans, Philippe Rasquin, lui-même un ancien joueur des Rouges et Noirs.

Lorsqu’il prend les rennes d’Andenne l’ambition est claire: «Recréer une structure pour les jeunes». D’entrée de jeu, la tâche n’a pas été facile: «Cela a été un gros travail». Pour atteindre ses objectifs, Philippe Rasquin a dû s’entourer: «Des personnes comme Olivier Davin, le nouveau président des jeunes, qui est enseignant à Sainte-Begge. Il a fait de l’excellent travail avec son équipe». Toutes ces personnes ont mis en commun leurs compétences pour redresser l’école des jeunes du RCS Andenne, avec succès: «On a très bien avancé. Nous avons obtenu le label 3 d’excellence. C’est un gros point positif». Récemment, l’ACFF, Association des Clubs Francophones de Football, a établi un classement des meilleurs clubs formateurs de la province. Andenne trône à la 13e position, une preuve des avancées du club à ce niveau. Si la formation des jeunes avance dans la bonne direction, c’est aussi le cas de l’équipe première qui a réalisé une saison remarquable avec la promotion en P1 à la clé. L’année prochaine, les Rouges et Noirs évolueront à un échelon supérieur. Pour le président du club, c’est un minimum: «Mon rêve c’est de retrouver au moins la division 3 amateurs. J’estime qu’une ville comme Andenne, de bientôt 30 000 habitants, doit être représentée à ce niveau». Malgré tout, Philippe Rasquin reste réaliste: «Il faut faire avec nos moyens. Pour moi, budgétairement parlant, nous pouvons tenir la route dans le ventre mou de la P1. Pour monter plus haut, il nous faudrait un apport extérieur». Un beau défi pour le RCS Andenne qui attend un maximum de personnes sur les bords du terrain l’année prochaine.