WANZE/HUY

Lacroix reversera son salaire de bourgmestre à la Commune

Lacroix reversera son salaire de bourgmestre à la Commune

Christophe Lacroix applique à la lettre les nouveaux statuts du PS… Même s’ils ne sont pas encore tout à fait définis. Heymans

Élu à la Chambre, Christophe Lacroix exercera son mayorat sans être payé. Car le PS impose désormais le décumul financier.

«L’aventure ne fait que commencer, je vais devenir député fédéral, je vais continuer à exercer ma fonction de bourgmestre sans être payé», a déclaré Christophe Lacroix, le bourgmestre de Wanze, sur sa page Facebook, en remerciant ses électeurs de lui avoir fait confiance une nouvelle fois. Oui, vous avez bien lu, Christophe Lacroix renoncera à son salaire de bourgmestre. Il l’avait déjà déclaré au conseil communal lors d’une interpellation de la conseillère MR Sophie Seinlet. S’il a changé d’avis sur la question du décumul intégral et avait déclaré qu’il serait député-bourgmestre si l’électeur le souhaitait, il avait déjà parlé de renoncer à son salaire. La raison? «Un nouveau statut du parti socialiste voté il y a deux ans, applicable à partir de ces élections-ci impose le décumul financier», explique Christophe Lacroix. Si la loi impose d’être rémunéré pour son travail, il recevra bel et bien son salaire mais le reversera ensuite à sa Commune, au budget ordinaire, soit plus ou moins 2 600€ nets par mois. Et le bourgmestre de Wanze de rappeler qu’il versait déjà une partie de son salaire au CPAS.

Pas encore tout à fait défini

Interrogé sur ce que lui, allait faire de son salaire, le bourgmestre hutois, Christophe Collignon, répond qu’il attendra que le parti soit plus précis. «Oui, nous avons eu un débat en interne au PS pour savoir si on appliquait le décumul intégral, comme Écolo ou le PTB, ou si nous étions pour le décumul financier, le député-bourgmestre ne gardant alors que la rémunération la plus élevée des deux, pour autant qu’il ne soit pas bourgmestre d’une ville de plus de 50 000 habitants. C’est cette option-là qui a été choisie», explique Christophe Collignon. Et le surplus, alors? «À l’heure actuelle, il n’y a encore aucune directive du parti sur ce qu’on doit en faire. Le principe est là, il a été voté, mais on ne connaît pas encore les détails pratiques. Je verrai ce qu’il en sera à ce moment-là.» S’il n’a pas d’idée préconçue sur qui en bénéficierait, il avoue que le plus simple serait de verser son salaire (moins les frais et ce qu’il paiera d’impôt) à sa Ville également.