ÉLECTIONS 2019

Maingain: à Bruxelles, «DéFI comme un allié nécessaire dans plusieurs coalitions»

Maingain: à Bruxelles, «DéFI comme un allié nécessaire dans plusieurs coalitions»

Maingain avec quelques-uns des élus bruxellois dont Sophie Rohonyi, jeune élue à la Chambre (3e à gauche). BELGA

En Région bruxelloise, «DéFI apparaît comme un allié nécessaire dans un certain nombre de coalitions», estime Maingain. Qui se félicite des bons scores personnels des «nouvelles têtes» de sa liste bruxelloise.

Le passage du témoin au sein de DéFI se fait sans casse avec une promesse pour l’avenir, a affirmé lundi le président de, la formation amarante, Olivier Maingain, à l’issue de la réunion du bureau de son parti. Pour M. Maingain, la détermination des alliances dans les différentes entités du pays est difficilement prévisible.

En Région bruxelloise, «DéFI apparaît comme un allié nécessaire dans un certain nombre de coalitions», a-t-il commenté avec prudence.

Se félicitant des «tout bons scores personnels» des deux nouveaux élus de DéFi à la Chambre (ndlr: François De Smet, 10.000 voix, et Sophie Rohonyi, 5.704 voix), M. Maingain a estimé que «le passage de témoin se fait sans casse avec une promesse d’avenir». Sous la législature sortante, DéFI avait deux sièges occupés par le président du parti, lui-même, et Véronique Caprasse.

«À la Région, nous avons fait mentir les sondages. Avec une chute d’1,5% par rapport à 2014, nous ne sommes pas le parti le plus lourdement sanctionné, lorsque l’on regarde les scores du PS, du MR et du cdH», a ajouté le président.

«Honorable»

C’est aussi le sentiment général recueilli auprès d’autres mandataires de DéFI, à la sortie de la réunion du bureau de parti. «C’est un résultat honorable, même si on aurait pu espérer mieux, mais aussi pouvait aussi craindre le pire dans un contexte de passage de témoin entre générations», a notamment dit l’un d’eux.

Pour Olivier Maingain, il y a un parti vainqueur en nombre de voix et de sièges en Région bruxelloise. Il lui appartient donc de lancer les discussions en vue de constituer une coalition.

Sa propre formation à pour sa part un bilan en matière d’emploi à préserver. Elle souhaite pouvoir continuer à remettre en ordre les institutions bruxelloises, contribuer au travail sur la mobilité en termes d’organisation et de gestion publiques, rester attentive aux phénomènes de pauvreté et d’exclusion, sans tomber dans le simplisme ou le collectivisme pur et dur. «Nous sommes bien entendus concernés par les préoccupations environnementales. Il faudra changer les comportements en ville et montrer des signaux très forts sur le plan d’une ville plus exemplaire sur le plan des exigences environnementales», a encore dit Maingain.