article abonné offert

BRAIVES

Il avait frappé et menacé sa mère

Un Braivois a été condamné à une peine de 18 mois de prison, dont les 2/3 assortis d’un sursis probatoire de cinq ans. À sa sortie de prison, l’homme devra ainsi être suivi par un psychologue et un psychiatre (mais d’abord hospitalisé dans un service adapté), prendre ses traitements médicamenteux, ne plus consommer de stupéfiants et accepter les contrôles pour vérifier cette abstinence.