C’est en 1999 que Luc Boots décide de revêtir le costume du gilles et de parcourir les rues du village arlonais de Heinsch avec un tambour et une caisse pour l’accompagner.

Avec cette idée farfelue d’ajouter un B’à tous les panneaux signalant le nom du village. La société des gilles de B’Heinsch était née. L’année suivante, d’autres gilles ont accompagné Luc Boots dans son aventure carnavalesque. La petite équipe s’est rendue à Binche où elle a rencontré la société de gilles «Les Incorruptibles» et bénéficié de leur nombreux et précieux conseils. Les tambours de Binche ont ensuite décidé de faire le déplacement vers le village arlonais pour accompagner les gilles de B’Heinsch. Vingt ans plus tard, les gilles sont toujours là. Ils ont défilé fin avril cette année dans le village pour leur vingtième carnaval. Comme à Binche, la journée a débuté aux petites heures du matin par le bourrage des gilles et l’aubade matinale accompagnée de champagne. Les onze gilles ont ensuite défilé, au son des sabots et de la musique et des tambours venus de Charleroi, coiffés de leur chapeau en plumes d’autruche, dans les rues du village. Ils ont lancé près de 400 kilos d’oranges au public toujours présent lui aussi pour assister à ce folklore local. «Nous avons pu compter cette année sur la présence des princes carnaval de Martelange, Houffalize, Habay-la-Neuve et le groupe local des Hollefra. Les gilles de B’Heinsch existent depuis vingt ans et sont encore là pour un bon moment», relève Patrick Beaumont, actuel président du comité. Les gilles ont notamment eu la chance de participer à d’autres carnavals à l’étranger comme à Alba dans le Piémont italien, et à Miramas dans le sud de la France.