Un reportage consacré à une association d’alcooliques anonymes exige bien évidemment… l’anonymat! Donc pas de photos, pas de noms, si ce n’est le prénom d’un homme qui n’a pas manqué de volonté et qui, du jour au lendemain, n’a plus bu une goutte d’alcool depuis 40 ans!

Robert est très actif au sein de «l’Association des Alcoolique Anonymes de Comblain « Il n’a pas de titre ronflant, tous égaux. Il raconte: «Si celui qui m’avait invité à manger un morceau de gâteau, alors qu’il s’agissait d’une réunion des AA, ne m’avait pas convié, je serais six pieds sous terre depuis longtemps. Ce soir-là quand je suis rentré à la maison, j’ai dit à ma femme que l’alcool, c’était fini, elle ne m’a pas cru, je l’avais promis si souvent!» Rapidement, il a connu le delirium tremens (forme aiguë du syndrome du sevrage alcoolique), mais il a tenu bon. Lors des réunions ouvertes, ils sont plus d’une vingtaine mis en confiance, ceux qui le souhaitent parlent de leur nouvelle vie bien plus heureuse, de leurs résultats, de leurs craintes de rechute aussi. Un assistant social de la police explique parfois son expérience lors de constatations d’accidents dus à l’alcool, de scènes de ménages provoquées par des gens en état d’ivresse, des gens agressifs. D’autres réunions sont réservées aux nouveaux abstinents. Là, la discrétion est de rigueur et librement consentie. Lorsqu’une personne qui a des problèmes d’alcool se présente à une réunion, c’est chaque fois la même phrase: «Je m’appelle Untel, je suis alcoolique».

D’emblée il sera rassuré car chez les AA on ne juge pas, ici la confidentialité est totale. Nombreux sont ceux qui s’en sont sortis, mais il faut le vouloir. L’association dispose d’un numéro d’appel permanent (078 15 25 56), on vous proposera une rencontre qui pourra changer votre vie… et celle de votre famille!