Les joueurs du Royal Badminton Club de Verviers avaient échoué de peu l’an passé pour la montée en Nationale 2. Cette fois, ça y est!

La finale du top 16, entre les clubs de 1re division francophone, était organisée à Verviers. Grands vainqueurs, les Verviétois accèdent au championnat de Nationale 2 l’année prochaine. «C’était notre grand objectif voilà 6 ans, lorsque nous avons perdu des joueurs du club et que nous sommes redescendus très fortement de niveau», indique Françoise Kaiser, la présidente du Royal Badminton Club de Verviers.

Le club compte aujourd’hui entre 160 et 180 membres et propose plusieurs cours dispensés par des formateurs brevetés. «Nous accueillons des joueurs d’autres clubs pour ces entraînements dirigés. On ne leur impose pas de s’affilier au club pour la cause, précise Françoise Kaiser. 90% de nos joueurs de nos équipes compétition débutent à Verviers et ont été formés ici. C’est une de nos forces».

Confidentiel, le badminton a gagné du terrain ces dernières années. Notamment grâce à l’introduction de cette discipline sportive ludique et exigeante dans les écoles. «L’avantage du badminton est qu’on arrive très vite à faire des échanges et du coup, à prendre du plaisir. Ce qui explique son succès dans les écoles». Aujourd’hui, la Ligue francophone rassemble ainsi 10 500 membres et 125 clubs. «On reste très loin de l’Asie, où ce sport est très médiatisé et où les rencontres peuvent rassembler 10 000 personnes», signale Françoise Kaiser.

C’est le père et l’oncle de Françoise Kaiser qui ont créé le club verviétois voilà 60 ans. Elle a commencé le badminton à 12 ans et remporté plusieurs titres de championne de Belgique dans les années 70. Son fils a lui-même atteint le top 50 mondial en double mixte. Son retour au Badminton club de Verviers, à l’esprit «familial», n’est pas étranger au succès du club.