TOURNAI

Mirabelle arrête ses activités après 41 ans

Mirabelle arrête ses activités après 41 ans

Sa réussite, Chantal Nuttin la doit à sa force de caractère forgée par des années de travail. ÉdA – 401214183383

Pour jouir d’une retraite bien méritée, Chantal Nuttin fermera la porte de sa boutique Mirabelle, le 24 mai prochain.

L’émotion est palpable quand Chantal Nuttin évoque ses clientes qui, pour la plupart, sont devenues de véritables amies.

«Elles vont très sincèrement me manquer, précise-t-elle, beaucoup sont restées fidèles depuis que je me suis installée ici au 10, rue de l’Yser, il y a 41 ans…»

Chantal avait alors à peine la trentaine; après avoir élevé deux enfants, elle souhaitait se lancer dans la vente de vêtements de luxe. Un défi qui ne l’effrayait guère; à 14 ans déjà, elle était partie travailler en usine, dans les bureaux de la bonneterie Spes à Mouscron. C’est qu’il fallait gagner sa croûte. Cette nécessité de devoir se débrouiller seule, tôt dans la vie, et sa volonté de donner le meilleur de soi pour réaliser un travail bien fait, lui ont forgé un caractère bien trempé, volontariste et déterminé. Si bien que sa boutique, c’est sans un centime (de franc belge à l’époque) en poche qu’elle a décidé de l’ouvrir, persuadant sa banque de lui octroyer un crédit de caisse temporaire.

«Je sentais déjà bien les choses à cette époque, explique-t-elle, et je savais presque naturellement que les vêtements de luxe pourraient attirer de la clientèle dans le centre de Tournai…»

Elle a commencé par du Cacharel, une griffe qui marchait particulièrement bien à l’époque. Elle s’est bien entendu diversifiée au fil des décennies mais sans jamais proposer autres choses que des grandes marques. Avec un succès qui est resté au rendez-vous de ces 41 dernières années.

Si elle a décidé de revendre son magasin, ce n’est pas pour échapper aux travaux en cours dans sa rue (elle n’a d’ailleurs appris leur existence que le jour de l’ouverture du chantier comme tous les autres commerçants de la rue d’ailleurs). C’est parce qu’elle estime avoir mérité un peu de repos. D’autant qu’elle n’a jamais rechigné sur le travail, réalisant durant de nombreuses années – et souvent la nuit – les retouches qu’elle offrait à sa clientèle.

Quand on lui parle du commerce qui va mal dans le centre de Tournai et des boutiques qui ferment, elle hausse les épaules.

«Mon secret, c’est tout simplement d’avoir d’abord vendu ce que l’on ne trouvait pas ailleurs.

Mais aussi, d’avoir travaillé seule, sans compter mes heures, car si j’avais pris des vendeuses à temps plein, par exemple, je n’aurai pas pu supporter toutes charges. Enfin, j’ai aussi appris à ne pas vouloir avoir tout, tout de suite, à l’instant où on l’a rêvé… Croyez-moi, cela aide à éviter la casse financière…»

Et, manifestement aussi, à conserver un dynamisme communicatif…

Le 29 juin, date de la cessation officielle de sa société, Chantal remerciera ses fidèles clientes en leur offrant le verre de l’amitié.