ÉLECTIONS 2019

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Provinces»

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Provinces»

. EDA

Dans la lasagne institutionnelle, les provinces constituent un des maillons les plus exposés. Plutôt qu’une suppression pure et simple, les candidats parlent majoritairement de la nécessité de réformer l’institution provinciale, voire parfois de la renforcer.

AVANT DE LIRE

La preuve par neuf en province de Namur: la campagne déclinée en mots-clés

À l’entame de la campagne électorale, nous avons invité dans notre studio de l’Avenir à Bouge, les têtes de liste MR, PS, cdH, Ecolo, Défi et PTB, pour la Chambre et les deux circonscriptions régionales en province de Namur.

Nous leur avons soumis neuf mots-clés. Il s’agit de neuf mots qui, à nos yeux, portent sens dans le cadre des élections du 26 mai 2019, tant pour le niveau fédéral que régional.

Pour chaque mot dévoilé, un seul candidat avait le droit de s’exprimer pendant une minute maximum, et ce, au terme de 20 secondes de réflexion et de concertation avec les deux autres candidat.e.s de la liste.

Objectif: favoriser au maximum la spontanéité et contraindre les candidats à se concentrer sur l’essentiel.

+ Tous les mots-clés sont regroupés sur www.lavenir.net/lapreuveparneuf

Aujourd’hui: le mot «provinces»

Supprimer ou réformer les provinces?

Défi est le plus chaud défenseur des provinces avec le PTB... Pierre-Yves Dupuis propose de renforcer leur rôle en en faisant une entité de contrôle supracommunale et des intercommunales, qui manquent encore à ses yeux de transparence. Quant à Thierry Warmoes, il loue l’implication de la Province dans des secteurs importants: l’enseignement qualifiant, la santé…A l’autre bout du spectre politique, Stéphane Hazée (Ecolo) propose de supprimer l’institution pour la remplacer par des communautés territoriales de communes, qui partageraient des intérêts communs. Entre ces deux positions, les autres partis parlent de réformer les provinces: en mettant les provinces au service des petites communes, comme soutien administratif, plaide François Bellot (MR), tandis que Jean-Charles Luperto (PS) et Benoît Dispa (cdH) estiment que la Province a encore sa raison d’être dans la mesure où elle est la mieux placée pour exercer des missions de proximité et une certaine répartition de moyens sur l’ensemble du territoire provincial.

Défi

PTB

PS

Ecolo

MR

cdH

+ Prolongez ces interviews dans L’Avenir Namur, sur tablette, smartphone ou PC