TÉLÉ

VIDÉOS | Eurovision: les Islandais de Hatari hués pour leurs banderoles pro-palestiniennes

VIDÉOS | Eurovision: les Islandais de Hatari hués pour leurs banderoles pro-palestiniennes

© Twitter

Organisé à Tel-Aviv, le 64e concours Eurovision de la chanson n’a pas échappé aux polémiques liées au conflit israélo-palestinien puisque le sulfureux groupe islandais Hatari et la reine de la pop Madonna ont affiché des drapeaux palestiniens.

C’était prévisible et pourtant, personne ne les a vus venir. Alors qu’ils dénotaient déjà avec leur chanson électro-hardcore, leurs paroles sombres et leur look BDSM, les Islandais de Hatari ont poussé le vice jusqu’au bout. Durant l’annonce des votes, les membres du groupe ont brandi fièrement des banderoles en soutien à la Palestine devant les caméras du monde entier.

Visiblement gênés, les présentateurs, dont le mannequin Bar Refaeli, ont balbutié quelques instants avant de reprendre le cours des votes, sous les huées du public de Tel-Aviv.

Pourtant, au vu des positions politiques de Hatari, une telle provocation semblait inéluctable. Dans une interview, le groupe anticapitaliste originaire de Reykjavik n’avait pas caché son envie de profiter de l’événement pour dénoncer la politique d’Israël envers la Palestine. «En tant que participants, nous avons le pouvoir de dénoncer l’absurdité qu’un concours fondé sur les valeurs d’unité et de paix se déroule dans un pays déchiré par le conflit et la désunion», avait lancé l’un des membres du sulfureux trio.

Si tout le monde s’attendait à ce qu’ils fassent passer un message durant leur prestation scénique, les Islandais ont berné tout le monde en attendant sagement l’annonce des votes. Un employé de l’Eurovision est ensuite venu leur confisquer les fameuses banderoles.

Le représentant de l’Islande s’est finalement classé 10e de la finale avec le titre Hatrið mun sigra («La haine prévaudra»).

Madonna unit les drapeaux des deux frères ennemis sur scène

Véritable guest-star de luxe, Madonna a pris possession de la scène pour interpréter un medley de ses propres chansons juste avant la répartition des votes. On a notamment eu droit à son célèbre tube «Like a Prayer» ainsi qu’à une exclu de son nouvel album, le morceau «Future». Le tout dans un décor grandiose et avec un costume de pirate des temps modernes.

Si la prestation de la reine de la pop est loin d’avoir fait l’unanimité auprès des internautes, celle-ci se consolera probablement avec son cachet d’1,5 millions d’euros pour la soirée.

Mais au-delà du chant, un détail subtil se cachait au cœur de la chorégraphie de la star. Et pour cause, des drapeaux étaient représentés sur le dos de deux de ses danseurs. Et pas n’importe lesquels puisqu’il s’agissait d’étendards israélien et palestinien.

Un message d’union moins provocateur que celui d’Hatari. Toutefois, la vue de ces drapeaux palestiniens n’a pas dû faire plaisir aux autorités israéliennes ainsi qu’à l’Union Européenne de Radio Télévision, qui a horreur des tentatives de récupération politique de l’événement.