ÉLECTIONS 2019

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Facebook»

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Facebook»

- AFP

Formidable caisse de résonnance, les réseaux sociaux véhiculent aussi leur lot de dérives. Comment faire la part des choses?

AVANT DE LIRE

La preuve par neuf en province de Namur: la campagne déclinée en mots-clés

À l’entame de la campagne électorale, nous avons invité dans notre studio de l’Avenir à Bouge, les têtes de liste MR, PS, cdH, Ecolo, Défi et PTB, pour la Chambre et les deux circonscriptions régionales en province de Namur.

Nous leur avons soumis neuf mots-clés. Il s’agit de neuf mots qui, à nos yeux, portent sens dans le cadre des élections du 26 mai 2019, tant pour le niveau fédéral que régional.

Pour chaque mot dévoilé, un seul candidat avait le droit de s’exprimer pendant une minute maximum, et ce, au terme de 20 secondes de réflexion et de concertation avec les deux autres candidat.e.s de la liste.

Objectif: favoriser au maximum la spontanéité et contraindre les candidats à se concentrer sur l’essentiel.

+ Tous les mots-clés sont regroupés sur www.lavenir.net/lapreuveparneuf

Aujourd’hui: le mot «Facebook»

Le pire comme le meilleur

Il y a le plus: la communication directe et instantannée, vantée par Pierre-Yves Dupuis (Défi), une belle opportunité pour s’informer, comme le soulignent Georges Gilkinet (Ecolo) ou Anouk Vandevoorde (PTB).

Mais Facebook et, plus largement les réseaux sociaux sont aussi le lieu de dérives. Harcèlement, attaques personnelles, commentaires haineux... L’âme humaine peut facilement s’y égarer.

La solution? Il n’y en a pas de toute faite. Pour Ecolo, l’école a un rôle à jouer dans l’éducation aux nouveaux médias. De son côté, Maxime Prévot (cdH) préconise l’exemplarité en évitant les attaques personnelles et les réponses par trop simplistes, qui nuisent à la qualité du débat.

Reste aussi que Facebook et autres GAFFA sont aussi pointés du doigt pour leur propension à faire fortune sur les données privées de leurs clients tout en s’ingéniant à éluder l’impôt. Et de ce point de vue, pour David Clarinval (MR), il faudrait qu’elles passent à la caisse, comme n’importe quelle autre société.

Défi

Ecolo

PTB

cdH

MR

PS

+ Prolongez ces interviews dans L’Avenir Namur, sur tablette, smartphone ou PC