ÉLECTIONS 2019

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Ruraux»

VIDÉOS | Les candidats namurois face à nos mots-clés: «Ruraux»

- GAL ESM

Pour éviter que les campagnes ne se transforment en désert, il faut investir: dans les télécoms et les transports, essentiellement.

AVANT DE LIRE

La preuve par neuf en province de Namur: la campagne déclinée en mots-clés

À l’entame de la campagne électorale, nous avons invité dans notre studio de l’Avenir à Bouge, les têtes de liste MR, PS, cdH, Ecolo, Défi et PTB, pour la Chambre et les deux circonscriptions régionales en province de Namur.

Nous leur avons soumis neuf mots-clés. Il s’agit de neuf mots qui, à nos yeux, portent sens dans le cadre des élections du 26 mai 2019, tant pour le niveau fédéral que régional.

Pour chaque mot dévoilé, un seul candidat avait le droit de s’exprimer pendant une minute maximum, et ce, au terme de 20 secondes de réflexion et de concertation avec les deux autres candidat.e.s de la liste.

Objectif: favoriser au maximum la spontanéité et contraindre les candidats à se concentrer sur l’essentiel.

+ Tous les mots-clés sont regroupés sur www.lavenir.net/lapreuveparneuf

Aujourd’hui: le mot «cumul»

Des bus, des trains et des télécoms

Le constat est unanime: l’avenir de la ruralité est sombre. Le renchérissement du coût des énergies, l’abandon progressif des campagnes par les services publics, l’évolution des technologies placent de plus en plus les ruraux dans une situation peu enviable, aux marges de la société. Une situation qui pourrait encore s’aggraver, dit François Bellot (MR), si d’aventure une taxe au kilomètre était mise en œuvre.

Pour éviter l’asphyxie, plusieurs pistes sont avancées. Tous les partis évoquent la nécessité de renforcer les transports publics, tant en fréquence qu’en amplitude horaire.

Mis en exergue par Christophe Bastin (cdH), il y a aussi le problème de la téléphonie et des accès à internet, autant de frein au télétravail ou la pénurie de médecins, épinglée par Pierre-Yves Dupuis (Défi).

Comme le suggère Pierre-Yves Dermagne (PS), l’offre en enseignement est une autre dimension à ne pas négliger, tout comme la défense de l’agriculture, insiste de son côté Thierry Lottin (PTB).

MR

cdH

Défi

PS

PTB

Ecolo

+ Prolongez ces interviews dans L’Avenir Namur, sur tablette, smartphone ou PC