LIÈGE

S’intéresser aux langues de Wallonie, ce n’est pas ringard

S’intéresser aux langues de Wallonie, ce n’est pas ringard

Le festival se déroule cette année au Musée de la vie wallonne, à Liège. ÉdA

La Fête aux langues de Wallonie se déroule pour la première fois à Liège, ce samedi. Une belle occasion pour s’intéresser à nos langues, qui méritent d’être dépoussiérées et reconsidérées.

Organisé depuis 2015 à Namur, le Festival des langues de Wallonie se tient pour la première fois à Liège, ce samedi 18 mai. Les festivités se dérouleront au Musée de la vie wallonne et témoignent d’une envie des organisateurs de redynamiser l’événement et surtout de lui offrir un côté festif, vivant comme une langue. Il se déroulera à Charleroi l’an prochain et devrait s’implanter chaque année dans une autre entité de Wallonie.

Un tel événement permet de se pencher sur ce que peuvent encore représenter les langues de Wallonie, sur le territoire. Elles sont variées, du wallon au picard en passant par le gaumais et le champenois. Elles souffrent aussi parfois d’une image un peu poussiéreuse.

«Contrairement à d’autres langues, dans certaines régions françaises par exemple, les langues de Wallonie ont été combattues par le passé, dans les années 50 et 60», rappelle Baptiste Frankinet, un des organisateurs du festival, par ailleurs responsables de la bibliothèque des dialectes de Wallonie. Les langues ont souffert, risquant parfois de disparaître de la circulation.

«

Le danger, c’est d’en faire une langue folklorique uniquement.

»

«On peut adopter deux postures, face à ces langues. On peut se dire qu’elles sont en voie de disparition, qu’on ne les parle plus dans les ménages» et se contenter de le déplorer. «On peut aussi les considérer pour ce qu’elles sont vraiment. Le wallon par exemple n’est plus une langue maternelle, utilisée au quotidien. Le danger, c’est aussi d’en faire une langue folklorique uniquement, qu’on n’utilise plus que lors de quelques fêtes populaires. Moi, je considère que le wallon est une porte ouverte vers une culture très riche, une identité culturelle forte, une littérature importante, etc.»

Les langues de Wallonie ont façonné la culture des personnes qui y vivent. Et tout cela participe à un mouvement perpétuel. «Un jour, on pourrait tout à fait intégrer le sicilien ou l’arabe aux langues de Wallonie» puisqu’elles font partie des langues qu’on y parle et qui influencent l’identité culturelle.

Dépoussiérer l’image

Dépoussiérer un peu l’image de ces langues, tel est le défi de ses défenseurs. «On constate qu’une relève existe. Dans certaines régions, comme à Malmedy, le wallon est utilisé tout au long de l’année et pas uniquement durant les jours du carnaval», poursuit Baptiste Frankinet. La langue est un outil créatif et vivant, qu’il convient de réhabiliter. « C’est aussi le vecteur d’une idéologie, d’une philosophie propre. Par exemple, le wallon, concret et imagé, est bien différent du français, beaucoup plus abstrait et complexe.»

En d’autres termes, défendre ces langues ne consiste pas uniquement à réaliser des études linguistiques ou s’en servir dans un contexte folklorique. Permettre au grand public de s’en emparer, de mesurer leur importance dans la culture s’avère vital. «Ce n’est pas en allant dans les écoles qu’on va subitement créer une génération d’écrivains wallons, locuteurs natifs», tempère néanmoins Baptiste Frankinet. Il s’agit d’un travail de longue haleine, qui requiert aussi pas mal de lucidité sur la place qu’occupent vraiment ces langues. S’inspirer des bonnes pratiques d’autres régions pourrait aussi s’avérer salutaire. C’est la raison pour laquelle des experts français et flamands participent à la fête, histoire de faire part de leurs bonnes pratiques.

Au programme

9 h 30 Accueil des visiteurs

10 h 00 Allocution de bienvenue

10 h 30 Table ronde sur les «bonnes pratiques» en langues régionales

Intervenants

Giovanni AGRESTI – Université de Bordeaux-Montaigne – France

Jean-Baptiste COYOS – Académie de la langue basque – Bayonne, France

Olivier ENGELAERE – Agence pour le picard – Amiens, France

Ulrike VOGL – Université de Gand – Belgique

Modérateur: Michel FRANCARD

12 h 00 Focus sur le label «Ma commune dit OUI aux langues régionales»

Tout l’après-midi : Jeux interactifs, courts-métrages, comédiens, Tchantchomaton (votre photo avec Tchantchès), stands d’associations et autres animations.

14 h 00 Balade musicale dans le musée

14 h 30 Présentation des projets primés par le Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre du projet: «Langue régionale, ciment social»

14 h 30 Pièce de théâtre de marionnettes bilingue français/wallon: «Bebernatus»

15 h 00 Concert de Michel AZAÏS et Jacques-Ivan DUCHESNE

16 h 00 Concert de William WARNIER

16 h 30 Remise des prix pour le concours de néologismes «Lès Noûmots» organisé dans le cadre de la Fête aux langues de Wallonie 2019

17 h 00 Concert de Rémi DECKER et Marc MALEMPRE

Infos: www.viewallonne.be