BELGIQUE

En Belgique, la popularité des syndicats ne faiblit pas

En Belgique, la popularité des syndicats ne faiblit pas

BELGA

Les syndicats belges continuent à attirer des membres, ressort-il de statistiques collectées par Kurt Vandaele, chercheur à l’European Trade Union Institute. Notre pays fait un peu figure d’exception en Europe.

Sur la période 2010-2016, on note en effet une hausse nette de près de 7% du nombre de Belges affiliés à un syndicat par rapport à la période 2000-2009. La Belgique appartient à un petit club de pays européens allant contre la tendance générale sur le Vieux Continent. En moyenne, les syndicats européens ont vu le nombre de leurs membres reculer de près de 15% ces dernières années. Les autres pays dans lesquels la popularité des syndicats s’est accentuée sont notamment l’Islande, l’Italie et la Norvège.

En 2016, la Belgique comptait 2,063 millions de travailleurs syndiqués. En comptant les étudiants, les demandeurs d’emploi et les prépensionnés, ce nombre dépasse les trois millions.

Le taux de syndicalisation en Belgique était de 53% sur la période 2010-2016, ce qui représente une légère baisse de 0,7 point de pourcentage par rapport à la période 2000-2009. Seuls les pays scandinaves affichent un taux de syndicalisation supérieur à celui de notre pays.

Le nombre élevé de personnes syndiquées et le fort degré de syndicalisation en Belgique sont dus notamment au fait que les syndicats participent au paiement des indemnités de chômage mais ce n’est pas la seule raison. «Les syndicats dans notre pays sont très présents sur le lieu de travail, certainement dans les grandes entreprises», constate Kurt Vandaele.

Le chercheur relève encore une spécificité belge avec «l’énorme force de mobilisation» des syndicats belges. «Cela conduit les gens à voir que les syndicats dans notre pays peuvent encore peser sur la politique. Et cela renforce leur attractivité.»