WALLONIE

Un meilleur encadrement pour les élevages de chiens et chats

Un meilleur encadrement pour les élevages de chiens et chats

Image Source/REPORTERS

Le gouvernement wallon a adopté en première lecture, ce jeudi, un projet d’arrêté visant à mieux encadrer les élevages de chiens et de chats au sud du pays.

Le texte, qui s’inscrit dans la droite ligne du Code wallon du bien-être animal en vigueur depuis le 1er janvier 2019, prévoit notamment la suppression du statut d’éleveur-commerçant afin de renforcer les liens nécessaires entre l’animal et son éleveur. Une disposition transitoire est néanmoins prévue pour les 18 éleveurs-commerçants encore recensés à ce jour.

Un label wallon verra par ailleurs le jour pour les petits élevages et les normes d’importation d’animaux seront renforcées, via l’exigence d’une autorisation préalable pour pouvoir importer et commercialiser des animaux issus d’un autre élevage.

Parallèlement, de nouvelles normes seront instaurées en matière de conditions d’hébergement et d’encadrement. Elles entreront en vigueur à partir du 1er janvier 2021.

La réforme prévoit en outre de limiter le nombre de races présentes en permanence au sein d’un établissement – 2 races en permanence pour l’élevage amateur et 4 races pour l’élevage professionnel – et fixe un âge limite pour la première et la dernière portée tout en interdisant la commercialisation de chiens âgés de moins de 10 semaines et de chats âgés de moins de 14 semaines.

Enfin, une période de réflexion de 15 jours sera désormais imposée avant la commercialisation effective de l’animal, un délai qui sera suspendu, et donc prolongé, pendant les périodes de fin d’année afin de mieux lutter contre les achats impulsifs.

«Cet arrêté vise à favoriser les petits élevages de proximité, à garantir l’état de santé des animaux au sein de ces élevages et à lutter contre les importations et la commercialisation d’animaux issus d’élevages ne respectant pas les exigences wallonnes en matière de bien-être animal», a résumé le ministre wallon en charge du bien-être animal, Carlo Di Antonio.

En Wallonie, près d’un tiers des familles possède un animal de compagnie.