NAMUR

Namur: un piquet de grève installé devant le siège d’Ores

Namur: un piquet de grève installé devant le siège d’Ores

Cet arrêt de travail se situe dans la continuité des actions menées sur plusieurs sites de l’opérateur des réseaux gaz et électricité ces derniers jours, comme à Montignies et Leuze-en-Hainaut plus tôt cette semaine. EdA - Florent Marot

Un piquet de grève filtrant est installé devant le siège: les travailleurs du site d’Ores à Namur ont débrayé ce jeudi. Cet arrêt de travail se situe dans la continuité des actions menées sur plusieurs sites de l’opérateur des réseaux gaz et électricité ces derniers jours.

Les travailleurs du site d’Ores à Namur ont débrayé ce jeudi, indique la CNE. Un piquet de grève filtrant est installé devant le siège. Cet arrêt de travail se situe dans la continuité des actions menées sur plusieurs sites de l’opérateur des réseaux gaz et électricité ces derniers jours, comme à Montignies et Leuze-en-Hainaut plus tôt cette semaine.

«L’inertie de la direction»

Les syndicats avaient déposé un préavis de grève sectoriel, visant la «remise en cause du régime de pension et le détricotage des acquis sociaux». Devant «l’inertie de la direction», plusieurs sites ont décidé de débrayer. «Depuis lors, aucune concertation constructive» n’a abouti et c’est ce jeudi au tour de Namur de se croiser les bras.

Aux revendications sectorielles, s’ajoute désormais «la demande d’instauration de barèmes à l’ancienneté pour les nouveaux régimes de travail dont les augmentations sont bien souvent soumises à la bonne volonté de la hiérarchie».

Un piquet de grève filtrant est installé devant le siège d’Ores à Namur, précise à Belga Christian Jacobs, délégué CNE. Les syndicats ont demandé aux travailleurs de quitter le site. Environ 200 personnes travaillent à Namur.