ÉLECTIONS 2019

Tract polémique d’Écolo: Zoé Genot se dit désolée et charge «des socialistes inquiets»

Tract polémique d’Écolo: Zoé Genot se dit désolée et charge «des socialistes inquiets»

BELGA

La cheffe de groupe Écolo Zoé Genot a affiché sa désolation ce mercredi sur Facebook après les répercussions d’un tract polémique jugé communautariste, retiré et condamné par son propre parti. Elle dit aussi avoir agi de la sorte pour rassurer des personnes sur les marchés «désinformées par des socialistes inquiets».

 

 

La candidate écologiste leur reproche d’avoir appelé des citoyens à ne pas voter Écolo car «ils sont contre le foulard, contre le hallal». C’est cet état de fait qui a motivé l’élue à distribuer une information en provenance des sites internet de la Libre et de la RTBF, comparant les programmes. «Le communautarisme, c’est adapter son discours en fonction du public», dénonce-t-elle a contrario. Elle dit assumer ses positions partout, que ce soit la reconnaissance du génocide arménien, l’adoption homosexuelle.

Aujourd’hui, Zoé Genot regrette «vraiment que ceux qui veulent affaiblir Écolo et le nécessaire changement écologique, social et éthique aient eu à cause» d’elle «une nouvelle munition».

Elle se dit «vraiment désolée pour les personnes qui ont été choquées par le tract d’invitation au débat sur les libertés convictionnelles et reprenant les réponses des partis sur ces aspects faites au journal La Libre Belgique». Selon elle il s’agissait d’«une grosse erreur: la non-concertation avec la régionale».


Pour rappel, Ecolo a ordonné ce mercredi le retrait d'un tract polémique défendant une série de droits en faveur de la liberté de culte, distribué dans l'entité de Laeken, au nord de la ville de Bruxelles. Les Verts y témoignaient notamment de leur empathie pour l'autorisation de l'abattage rituel, interdit en Wallonie et en Flandre et qui fait débat à Bruxelles.

La coprésidente bruxelloise d'Ecolo Zakia Khattabi a condamné dans un tweet l'initiative locale des Verts jugée communautaire.
"Nous avons toujours critiqué et dénoncé ce genre de pratique électorale chez les autres. Elles ne sont pas plus acceptables quand elles viennent des nôtres, même une seule fois c'est une de trop", a-t-elle écrit.

L'initiative du tract revenait à la cheffe de groupe bruxelloise Zoé Genot et à son collègue conseiller communal de Saint=Josse, Ahmed Mouhssinn. Tous les deux figurent sur la liste régionale pour les élections du 26 mai.

"Un tract reproduisant un tableau paru dans La Libre et reprenant des réponses données aux tests électoraux à propos des positions des partis sur une série de questions relatives aux pratiques religieuses a été distribué par deux candidats écologistes. Il suscite, à juste titre, l'émoi", avait réagi Ecolo plus tôt dans la journée.

"Ce tract n'a été ni concerté ni validé par une instance régionale ou fédérale. Il n'aurait d'ailleurs jamais reçu l'autorisation. Dès que nous en avons appris l'existence, nous avons exigé l'arrêt immédiat de sa diffusion. Ce sujet mérite mieux qu'un tract racoleur sur un marché", avait précisé le parti.