FOOTGATE

Footgate: deux réunions informelles jettent le discrédit sur le coordinateur de l’enquête

Footgate: deux réunions informelles jettent le discrédit sur le coordinateur de l’enquête

Au sein de l’URBSFA, on ne s’inquiète pas de l’affaire. ÉdA

En mars, l’un des avocats de Waasland-Beveren, Me Tom Rombouts a participé à deux reprises avec le coordinateur de l’enquête Ebe Verhaegen à une tentative (non aboutie) de conclure un accord concernant le directeur financier Olivier Swolfs et le président Dirk Huyck, a appris mercredi Belga, de bonne source.

Mardi, le journal De Morgen a rapporté un courriel que Jan De Man, avocat du directeur financier Olivier Swolfs (Waasland-Beveren), a envoyé à tous les avocats impliqués dans le dossier disciplinaire concernant un éventuel match arrangé. De Man s’est posé des questions dans ce courriel au sujet de deux réunions informelles entre le coordinateur de l’enquête et l’avocat du club Tom Rombouts au mois de mars.

La commission des litiges d’appel a demandé dès lors à Verhaegen de répondre aux questions par écrit par l’intermédiaire du procureur fédéral Kris Wagner. Les réponses à ces questions seront données dans les prochaines semaines lors des sessions de la commission des litiges d’appel.

Cependant, des sources proches du dossier confirment à Belga que c’est Rombouts lui-même qui a demandé à rencontrer Verhaegen. L’intention de l’avocat du club aurait été de conclure un marché pour que Waasland-Beveren puisse rester à l’abri de tout préjudice. Verhaegen a accepté une conversation informelle dans un lieu public à Brasschaat, mais a rejeté la proposition de Rombouts. Il avait déjà fait la même chose avec l’agent de joueur Dejan Veljkovic, qui souhaitait conclure un arrangement similaire avec l’URBSFA.

Les mêmes sources soulignent le timing de la demande de Rombouts: quelques jours plus tôt, on a appris que le coordinateur de l’enquête avait été autorisé à consulter 35 pièces du dossier criminel. «Il faisait un peu trop chaud pour Waasland-Beveren et il a essayé de conclure un marché».

Au sein de l’URBSFA, on ne s’inquiète pas de l’affaire. Ils voient surtout des tentatives de déstabilisation du parquet fédéral par la remise en cause de l’objectivité de Verhaegen. Les plaidoiries devant le juge des référés de Bruxelles auront lieu jeudi. À moins que celui-ci ne suspende l’affaire, les plaidoiries devant la commission des litiges d’appel de l’Union belge débuteront samedi.

Le club de Waasland-Beveren et le coordinateur de l’enquête n’ont pas souhaité réagir.