WAVRE

Un protocole de «synergies judiciaires» a été signé à l’échelle du Brabant wallon

Un protocole de «synergies judiciaires» a été signé à l’échelle du Brabant wallon

Les représentants de l’ensemble de police de l’arrondissement judiciaire du Brabant wallon ont signé, mardi à l’hôtel du gouverneur à Wavre, un protocole de «synergies judiciaires» -

Les représentants de l’ensemble de police de l’arrondissement judiciaire du Brabant wallon ont signé, mardi à l’hôtel du gouverneur à Wavre, un protocole de «synergies judiciaires». Il s’agit d’une première en Belgique.

Le but de cette démarche est d’améliorer la qualité du travail judiciaire dans l’arrondissement en mettant en place des structures et des espaces de collaboration horizontale et verticale, et d’établir des procédures de travail uniformisées pour une prise en charge de faits judiciaires qualifiés de significatifs. Polices locales, police fédérale et parquet ont travaillé pendant un an à l’élaboration de ce protocole.

Quatre axes:

Le premier axe du document concerne ces faits qualifiés de significatifs sur base de divers critères (nombre de victimes, déclenchement d’un plan catastrophe, multiplicité des scènes de crimes, nombre d’auteurs, etc.): les descentes sur les lieux seront coordonnées par un officier de police judiciaire de la zone de police concernée, qui sera l’interlocuteur unique dans les premières heures de la gestion du fait. Il coordonnera le travail de l’ensemble des intervenants et sera le garant d’une chaîne d’informations claire et partagée.

Le deuxième axe du protocole vise à gérer la charge de travail des enquêteurs spécialisés «jeunesse». Le parquet a spécialisé certains de ses magistrats et chaque zone de police désignera un référent. Celui-ci travaillera sur ce type de dossiers ou supervisera le travail d’autres policiers, tenant compte de la nécessité d’une approche différente de celle mise en œuvre pour d’autres faits de droit commun.

Le troisième axe reprend le même principe de spécialisation et de collaboration entre les intervenants mais pour les enquêtes écofinancières.

Un dernier axe consiste à mettre en application une procédure de travail commune en matière de diffusion de l’information entre toutes les zones de police et la police judiciaire fédérale de l’arrondissement. «Tout le monde saura qui travaille sur quoi», résume Laurent Blondiau, le directeur judiciaire (dirju) du Brabant wallon.

Le protocole prendra effet au 1er juillet. Les synergies qu’il crée s’appuient sur une structure pyramidale permettant un suivi stratégique, la mise en œuvre des décisions et la création d’un réseau d’expertise composé de policiers et de magistrats de référence.