LAEKEN

Laeken trinque à la réouverture du Byrrh: 5 choses à savoir sur le nouveau centre d’entreprises Be-Here

On y conditionnait jadis l’apéritif le plus populaire au monde: le bâtiment Byrrh, à Laeken, rouvre ses portes. Et vous pourrez à nouveau y boire un petit verre. Le lieu, joyau architectural, a été rénové par le CPAS de la Ville, avec la Région et le Feder en renfort. Des entreprises alimentaires y côtoient le culturel.

C’est un bâtiment exceptionnel qui rouvre ses portes dans le nord de Bruxelles: le Byrrh, nom hérité de l’apéritif qui y était conditionné, renaît sous une nouvelle forme. Le nouveau projet s’appelle Be-Here, à la prononciation homonyme de son appellation d’origine. Alors que le lieu a été inauguré ce 13 mai et qu’une fête vous y attend ce week-end pour l’ouverture, voilà 5 choses à savoir sur ce projet.

 

1Un bâtiment industriel

 

Laeken trinque à la réouverture du Byrrh: 5 choses à savoir sur le nouveau centre d’entreprises Be-Here
L’apéritif Byrrh était le plus consommé dans le monde en 1930. Ville de Bruxelles

Le bâtiment est construit en 1925. À l’époque, le Byrrh est un alcool en vogue. En 1930, il est même l’apéritif le plus consommé au monde. Rien d’étonnant à ce que la marque fondée par Simon Violet s’établisse à Bruxelles. C’est dans cette halle de Laeken que le vin au quinquina épicé de cacao, camomille et sureau est conditionné et distribué chez nous. La recette tombe en désuétude dans les années 60 et le lieu est liquidé. N’empêche: façades, verrières et toitures sont classées en 1997. Après l’abandon, le CPAS de la Ville de Bruxelles présidé par Yvan Mayeur rachète le Byrrh en 2007. Il faudra 12 ans pour accoucher d’un nouveau projet autour de sa cheminée centrale, alors que le château d’eau attend encore sa revalorisation.

 

2Un pôle économique et urbain

 

Laeken trinque à la réouverture du Byrrh: 5 choses à savoir sur le nouveau centre d’entreprises Be-Here
Les entreprises se côtoient au Be-Here dans un vaste espace de 9000m2. Be-Here

Le Be-Here dont l’homonymie avec son nom d’origine ne vous échappera pas, s’insère dans le quartier en développement de Tour & Taxis. Il se situe à deux pas du centre d’entreprise Greenbizz et du quartier Tivoli, tout juste sorti de terre. L’idée défendue par le CPAS de Bruxelles est de lui faire jouer un rôle similaire aux Ateliers des Tanneurs, au bas des Marolles, «en développant un pôle d’activités aux accents durable, social et écoresponsable, pourvoyeur d’emplois».

Les travaux sont entamés en 2016 et offrent 9.055 m2 de superficie dont 4.450 m2 d’espaces de 200 à 600 m2 loués à des start-up ou sociétés en expansion. Ceux-ci sont déjà réservés aux trois quarts. Le Be-Here, qui démultiplie ses surfaces grâce à une mezzanine, compte aussi des bureaux de 10 à 70 m2. 200 emplois sont espérés sur le site. On notera que «les bénéfices du Be-Here seront réinvestis dans l’activité».

 

3À boire et à manger

 

Laeken trinque à la réouverture du Byrrh: 5 choses à savoir sur le nouveau centre d’entreprises Be-Here
Mathieu Huygens et Nina Carleer lanceront le brewpub de leur brasserie La Source au Be-Here. La Source Brasserie / Facebook

Le lieu est pensé comme une combinaison. Si les entreprises s’y installent, le Be-Here sera aussi ouvert au public et aux riverains que ne le sont les Ateliers des Tanneurs. Comme dans les Marolles, c’est d’ailleurs le marché bio qui devrait être la première porte d’entrée du lieu pour les Bruxellois. Le même opérateur, Terrabio, y proposera ses fruits, légumes et marchandises en vrac au nord de Bruxelles. Longues files en perspective...

Autre ouverture sur le quartier: l’arrivée de la brasserie La Source. Les producteurs de L’Épervier et de La Rainette y développeront un brewpub, comme L’Ermitage le propose au midi ou Beer Project à Dansaert: vous y dégusterez des bières brassées sur place. IPA, pale-ale, stout: l’offre atteindra à terme une quinzaine d’étiquettes.

D’autres entreprises «de bouche» prennent leurs quartiers au Be-Here. Citons entre autres le projet jettois Fermenthings autour de la fermentation, le chocolatier Nao spécialisé dans les tablettes vrac zéro déchet, les biscuits artisanaux Mad Lab, le «coffee lab» Histoire d’un Café qui torréfiera sur place, le repair café de Vidya Ayurveda spécialisé dans le petit électro sain, le spécialiste du potager urbain Skyfarms qui ouvre une boutique ou encore l’entreprise de services partagés en alimentation circuit court Greenscop.

 

4Du culturel

 

Ce qui distingue Be-Here d’autres centres entrepreneuriaux, c’est peut-être la cohabitation de ses entreprises avec des projets culturels. Ainsi, la halle héberge aussi l’orchestre baroque à la renommée internationale Les Muffattis, l’asbl de création artistique (scène, expo) Pola, les Ateliers du Chœur dédié au chant et à la voix ou l’ensemble de musique contemporaine Sturm und Klang. Autant dire que la BO devrait être au top au Be-Here.

 

5Un budget 20 millions d’euros

 

Le budget total comprend l’achat du bâtiment et sa rénovation. Il s’élève à près de 20 millions d’euros. Le CPAS de la Ville finance 51% alors que le Feder européen allonge 27%. Le reste est pris en charge par la Région via les Monuments et Sites à hauteur de 22%. Pour le lancement, c’est le ministère de l’Économie et de l’Emploi de Région de Bruxelles-Capitale qui est allé au portefeuille à hauteur de 60.000€. Alors forcément, on se pressait à l’inauguration où on a vu le Bourgmestre Close, ses échevins Ouriaghli et El Ktibi (tous PS), mais aussi le Ministre Gosuin (DéFi) et un représentant de la Commission européenne.