TOURNAI

Le Tournai d’avant: 1939, le volcan crache. Du sang!

L’Histoire est en marche; Albanie le 7 avril, pacte germano-soviétique le 24 août; Pologne attaquée le 1er septembre ce qui entraîne l’Angleterre et la France dans «la drôle de guerre»; drôle? Non, le sang coule..

À Tournai, l’inquiétude est palpable et seuls des irréductibles optimistes croient encore à la paix.

Février: la restauration de l’église Saint-Brice s’achève, le triforium est réapparu (pour quinze mois).

Mars: en cas de mobilisation la Croix-Rouge projette deux hôpitaux de 200 lits, un poste à la gare et quatre centres de secours souterrains..

Avril: La Ligue de protection aérienne (LPA) ouvre une expo où elle définit son rôle, décrit les périls, donne des conseils, propose – prémonition? – un plan d’évacuation de la ville, conseille la posssion d’un masque à gaz (vendu 55 frs à son comptoir rue du Cygne).

Tiens, tiens, le 2, un député socialiste présente à la Chambre un projet de scission de la Belgique en deux États fédérés. Personne ne suit; jusqu’à…

La nuit du 23 au 24, le cinéma Palace brûle.

Mai

Des vitres manquent à la marquise de la gare et on pense la démonter. Inutile, le 10 ami 44 s’en charge.

Juin: le conseil communal examine un avant-projet de contournement de l’Escaut par la droite du pont des trous. Conclusion des conseillers: ce travail, destiné à faire passer des péniches de 600 T n’a aucun intérêt. En octobre, le ministre assure que le projet de contournement doit attendre mais que les travaux qui y seront réalisés seront parmi les plus grands (au pays des promesses, on y meurt de faim disaient les anciens).

Septembre

Partout des tranchées sont creusées, dix kms plaine des manœuvres, le parc, les quais, les boulevards. Quatre équipes de chômeurs mis au travail à 35 F par jour assurent la finition. Sans soutènement, elles s’effondrent rapidement.

Pour les habitants, quatre abris sont en préparation et les 22 casemates de la citadelle vont être aménagées en abris pour 1 500 personnes; mais à l’examen, ceci s’avère complexe car «pas de trous d’aération, de chambres de soins, de toilettes et le sol est bourbeux». Elles serviront, sans aménagement, durant la guerre

La foire est fermée, la procession sort avec seulement des pèlerins (pas de groupes). Chicanes aux ponts, mitrailleuses sur les toits, éclairage de sécurité, proposition d’un jour sans viande (des précurseurs?). Bobards: les Allés ont des tanks de 70 tonnes et les Boches meurent de faim.

Louis Pion, conservateur des Beaux-Arts. fait mettre en coffre blindé de banque (2 m de haut, 1,75 m de large, 2 m de profondeur) les œuvres majeures de son musée. Si tous les responsables avaient eu ce même souci!

Octobre: les prix doublent, triplent. Maxima autorisés 4,75 kg pour le sucre en carrés, 3,30 pour savon mou; 4,50 huile d’arachide.

Recensement des caves-abris, cartes de ravitaillement (pas encore en vigueur), réquisition de la Halle-aux-draps en tant qu’hôpital: ces signaux ne trompent pas, l’éruption est proche….